Pacific Encounters
Pacific Source

Retour

Premières rencontres entre Peuples du PAcifique et Européens
English version Version Française
Pacific Dialogues
Pacific Encounters :  Premières rencontres entre Peuples du PAcifique et Européens
Toutes les photos (Grand format)
Pacifique Sources
Sciences sociale Pacifique
Sciences sociale Pacifique


Pacific
Programme TAHITI

UN JOURNAL D'UN VOYAGE AUX MERS DU SUD SUR LE VAISSEAU DE SA MAJESTE L'ENDEAVOUR :
FIDELEMENT TRANSCRIT D'APRÈS  LES PAPIERS  DE FEU  SYDNEY PARKINSON, DESSINATEUR ATTACHÉ À SIR JOSEPH BANKS, BARONNET, DANS SON EXPEDITION AVEC LE DOCTEUR SOLANDER AUTOUR DU MONDE

 


Télécharger

   Poursuivant en direction du nord-ouest, entre la première et la seconde route du Dolphin, le 4 avril vers trois heures de l’après-midi, nous découvrîmes la terre ; et après avoir vogué deux heures, nous nous en approchâmes. C’est une île plate, qui s’étend sur une grande longueur d’est en ouest en décrivant la forme d’un croissant ; un banc de sable y est attaché, où le ressac était très fort. Au milieu de l’île se trouve une grande lagune ou lac salé ; à l’extrémité orientale il y a de nombreux palmiers. Nous aperçûmes des nuages de fumée montant de différents endroits, provenant, nous le supposâmes, de feux allumés par les naturels pour nous servir de signaux. La nuit tomba avant que nous pussions découvrir l’extrémité occidentale de l’île ; et ne sachant s’il y avait d’autres îles, nous nous mîmes par le travers toute la nuit et le lendemain matin, nous en vîmes une autre par latitude 18° 23΄ ; en raison d’une grande lagune salée en son milieu, nous l'appelâmes Lagoon-Isle. Avant midi, nous atteignîmes une autre île basse, que nous nommâmes Thumb-cap Island. Elle s’étendait sur une grande distance et se composait de plusieurs parcelles de terres reliées par des récifs ; elle aussi a un lagon entouré d’un récif, sur lequel nous découvrîmes de nombreuses pirogues ; certaines avaient dix personnes à bord, d’autres moins. Pendant que nous faisions route, les naturels nous suivirent, certains sur le récif, d’autres en pirogue et ils parurent vouloir entrer en relation avec nous. Mais bien que nous leur fissions signe, ils ne voulurent pas quitter le rivage. Ils semblaient être des hommes fort robustes ; au teint presque noir, aux cheveux courts et entièrement nus, portant de longues lances, ou perches, à la main. Certains entrèrent dans l’eau jusqu’au cou pour nous regarder, mais ils ne montrèrent aucune intention hostile. Leurs pirogues avaient des balanciers et des voiles de nattes ; lorsque nous prîmes le large, l’une d’elles nous suivit.

 

   Sur ces îles nous vîmes une grande variété d’arbres verdoyants, parmi lesquels il y avait des palmiers ; sur la côte, des roches coralliennes apparaissaient à fleur d'eau. Nous découvrîmes quelques-unes de leurs cases et plusieurs feux qui brûlaient autour. La terre dessinait une grande baie semi-circulaire et le récif devant avait la même forme ; la mer était d’huile et abondait en poissons volants ; mais, à notre surprise, à un mille du rivage, nous ne parvînmes pas à atteindre le fond avec une ligne de 130 brasses.

 

   Ce jour-là, nous découvrîmes encore une autre île basse, que nous appelâmes Chain Island. Elle est de forme ovale, constituée d’une arête de corail et de sable, avec quelques touffes de petits arbres  ; au milieu, il y avait un lagon. Ces îles furent dédiées à la Royal  Society.

 

   Le matin du 10, nous aperçûmes Osnabrug Island gisant au nord-ouest-quart-ouest-demi ouest distante d’environ six lieues et, la laissant au nord, à midi nous découvrîmes George’s Island du haut du mât de la grand-hune et nous fîmes route dessus.

 

  Le 12, comme la mer était surtout calme le matin, nous ne pûmes nous approcher beaucoup de terre ; mais une grande partie des Indiens quitta le rivage en pirogue (dont une était double et ornée de nombreuses sculptures) pour venir vers nous apportant avec eux des noix de coco et des pommes à échanger contre des clous, des boutons et des grains de verre. Ces pirogues étaient juste assez larges pour contenir une personne dans la largeur ; pour les empêcher de chavirer, ils mettent des balanciers, sur lesquels est fixée une canne à pêche en bambou. Les gens dans les pirogues avaient le teint pâle et mordoré et de longs cheveux noirs. Ils semblaient de très bonne composition et pas du tout avides, nous laissant deux noix de coco ou un panier de pommes en échange d'un bouton ou d'un clou.

 

   Pendant que nous demeurions devant ces îles, nous eûmes des rafales, quelques accalmies et de fortes averses de pluie. A l'approche de la nuit, nous franchîmes la pointe nord-ouest et découvrîmes l’île nommée York Island par les gens du Dolphin et appelée par les naturels, comme nous l’apprîmes plus tard, Eimayo. Une brise se leva et nous tirâmes des bords toute la nuit ; le 13, nous gagnâmes l’île d'Otaheite, appelée George’s Island par les gens du Dolphin, et qui se situe en face de York Island.  Nous entrâmes dans la rade de Port Royal, que les naturels appellent Owarrowarrow, et mouillâmes par neuf brasses de fond, à moins d’un demi mille du rivage. La terre paraissait aussi ondulée qu’un morceau de papier froissé, étant divisée irrégulièrement en montagnes et vallées ; mais une belle verdure les recouvrait, même jusqu’aux sommets des plus hauts pics. Un grand nombre de naturels quittèrent le rivage en pirogue pour nous rejoindre et apportèrent avec eux des bananes, des noix de coco, des fruits à pain, des pommes (footnote ?) et quelques cochons ; mais ils étaient des voleurs dévoyés et, pendant que j’étais occupé le matin à faire du troc pour me procurer de leur étoffe (dont je ferai la description plus loin), l’un d’eux chaparda un récipient en terre cuite dans ma cabine. Ce fut très amusant de voir les différentes émotions exprimées par les naturels devant les manœuvres de notre vaisseau. Ils étaient très sociables et plusieurs d’entre eux montèrent à bord ; certains se souvenaient de ceux des nôtres qui étaient venus sur le Dolphin et paraissaient fort contents de notre arrivée. Le capitaine et M. Banks descendirent à terre ; mais ils revinrent très déçus, n'ayant pu trouver les principaux habitants et ayant découvert que beaucoup de leurs maisons avaient été démolies depuis le départ du Dolphin.

 

  Le matin du 14, beaucoup de naturels vinrent à nous de l’autre côté d’une pointe au sud du récif et se montrèrent très pénibles, essayant de voler tout ce dont ils pouvaient s’emparer ; ils n’apportèrent avec eux que deux ou trois cochons, qu’ils voulurent échanger seulement contre des hachettes. Parmi les autres qui nous rendirent visite, il y avait quelques personnes de marque dans des pirogues doubles: leurs habits, leur port et leur comportement témoignaient de leur supériorité. Je n’ai jamais vu d’hommes plus majestueux ; ils avaient une mine agréable, de grands yeux noirs, des cheveux noirs et des dents blanches. Ils se comportèrent de façon très courtoise et exprimèrent de la gêne devant la conduite des autres. Nous les reçûmes dans la cabine et ensuite nous enverguâmes les voiles, les emmenant avec nous pour servir de guides, jusqu’à ce que nous eussions doublé la pointe où nous trouvâmes une belle baie pour jeter l’ancre. L’après-midi, un petit groupe d’entre nous fit une excursion dans le pays et les habitants nous suivirent en grand nombre. A la fin, étant fatigués, nous nous assîmes à l’ombre de quelques grands arbres, dont les feuilles ondulantes rendaient l’endroit très frais et plaisant. Les hauts cocotiers et les arbres fruitiers aux branches basses formaient un joli contraste tandis que les montagnes coiffées de nuages, qu’ils laissaient entrevoir, ajoutaient à la grandeur naturelle de la vue. Les habitants se tinrent bouche bée autour de nous pendant que nous nous régalions du lait (footnote) de coco, qui nous fournit un repas agréable.

 

   Le matin du 15, plusieurs chefs, dont un qui était très corpulent, arrivèrent de l’autre pointe et montèrent à bord, nous apportant des cochons. Nous leur offrîmes un drap et des bagatelles en retour mais certains prirent la liberté de voler le haut de la chaîne du paratonnerre. Nous descendîmes à terre et dressâmes la grande tente ; M. Banks, le capitaine et moi-même fîmes une promenade dans les bois, et nous fûmes ensuite rejoints par M. Hicks et M. Green. Pendant que nous nous promenions et appréciions le paysage rural, nous entendîmes des coups de feu et bientôt nous vîmes les naturels fuir dans les bois comme des faons effrayés, emportant avec eux leurs petits biens transportables. Inquiets de cet événement imprévu, nous quittâmes immédiatement le bois pour nous diriger vers le bord de la rivière où nous aperçûmes plusieurs de nos hommes, qu’on avait laissés là pour garder la tente, poursuivant les naturels qui étaient terrifiés au plus haut degré ; certains se cachaient derrière les buissons et d’autres sautaient dans la rivière. En entendant les plombs siffler dans les branches au-dessus de ma tête, je trouvai que je ne serais plus en sécurité si je restais là et je m’enfuis jusqu’à la tente où je ne tardai pas à apprendre la cause de la catastrophe.

Une sentinelle fut prise au dépourvu par un naturel qui lui arracha un fusil des mains, ce qui provoqua l’échauffourée. Le chef de corps était un garçon, aspirant, et lorsqu’il donna l’ordre de faire feu, ils obéirent avec la plus grande joie imaginable, comme s’ils tiraient sur des canards sauvages ; ils tuèrent un homme robuste et en blessèrent beaucoup d’autres. Quel dommage qu’une telle brutalité soit exercée par des gens civilisés sur des Indiens ignorants et sans armes!

 

   Lorsque M. Banks apprit l’affaire, il fut fort mécontent, disant, “Si nous nous sommes disputés avec ces Indiens, nous ne pourrions nous accorder avec des anges” et il fit tout ce qu’il put pour régler le différend. Il traversa la rivière et, par l’entremise d’un vieillard, parvint à persuader beaucoup des naturels de venir nous rejoindre de notre côté portant des plantes de plantain, ce qui est un signe de paix chez eux ; se frappant la poitrine avec les mains, ils crièrent tyau, ce qui signifie amitié. Ils s’assirent à côté de nous, envoyèrent chercher des noix de coco et nous en bûmes le lait avec eux. Ils rirent de bon coeur et furent très sociables, beaucoup plus qu’on aurait pu l'espérer si l'on tient compte de tout ce qu’ils avaient souffert dans la récente escarmouche. N’avons-nous pas raison de conclure qu’ils sont d’un naturel très acccommodant et que, chez eux, le ressentiment est une passion de courte durée?

 

   L’horizon étant brumeux, nous ne pûmes faire aucune observation astronomique ; nous ne cherchâmes donc pas à doubler la pointe pour atteindre l’autre baie. Depuis que nous sommes arrivés ici, cependant, le temps est clair en général, avec une petite averse de temps à autre, et le vent est-nord-est.

 

   M. Buchan fut pris d’une crise d’épilepsie ce matin et resta sans connaissance toute la journée.

 

   Le 16, seul quelques Indiens vinrent à nous dans leurs pirogues, étant, nous le supposâmes, quelque peu inquiets de ce que s’était passé la veille. Nous amarrâmes le navire et M. Banks et le capitaine se rendirent à terre pour discuter avec les naturels et les convaincre de commercer avec nous de nouveau.

 

   Le 17, très tôt le matin, M. Buchan mourut et nous partîmes au large dans le canot et la chaloupe et le confiâmes aux flots.

 

   Deux chefs montèrent à bord ce matin, apportant avec eux un présent composé de cochons, de volailles, de plantains, de bananes, de noix de coco, de fruits à pain et d'une espèce d’igname. En cette saison, les noix de coco sont jeunes, beaucoup donnant un litre de bon lait, et la chair est comestible, mais elles n’ont pas d’amande.

 

   Nous dressâmes une des tentes du navire et partîmes dans la vallée où un Indien m’invita à sa case et envoya son fils escalader un grand cocotier pour cueillir des noix ; il y grimpa avec beaucoup de dextérité, en s’attachant les deux pieds à l’aide d’un pleyon, puis encerclant l’arbre de ses bras et y montant très rapidement. Ils admirèrent tout ce qu’ils voyaient sur moi et je leur donnai quelques bagatelles.

   La nuit du 18, nous couchâmes à terre et fûmes fort incommodés par une espèce de mouche dont l’île pullule ; à tel point que, à l’heure du dîner, une personne fut chargée d'agiter un chasse-mouches pour les éloigner ; le manche de ce dernier, fait d’un bois dur et brun et grossièrement sculpté, ressemble un peu à une forme humaine. 

 

   Le 20, un de leurs chefs, nommé Tubora Tumaida, que nous appelions Lycurgus, vint avec sa femme et son fils nous rendre visite et dîner avec nous. Pendant que nous dînions, un de ses serviteurs concocta un plat avec un genre de paille qu’il avait apporté, le mélangeant avec du liquide de noix de coco dans une coquille ; il avait un goût de sowens . Ceci semblait être un de leurs plats favoris, mais nous ne pûmes l’apprécier. Ils ont un autre genre de nourriture qui a l’aspect du gruau, dont Lycurgus apporta une petite quantité ; il la mélangea aussi avec du liquide de noix de coco et, en laissant tomber deux ou trois pierres chaudes dedans, il remua jusqu’à ce que cela formât une épaisse gelée. Lorsque nous y goutâmes, nous lui trouvâmes un goût agréable, un peu comme du très bon blanc-manger. Ces gens font toutes sortes de pâtes, dont une, appelée makey poe poe, est faite de fruits à pain fermentés et d'une substance appelée meiya, mélangée à du lait de coco avant d’être cuite ; elle a un goût très sucré. Pour faire ces pâtes, ils se servent d’un pilon fait dans une pierre dure et noire, un genre de basalte, qu’ils utilisent pour les battre dans un grand récipient en bois.          

 

   Leur manière de préparer la nourriture est aussi très singulière: ils font un trou dans le sol et allument un feu sur des pierres qu’ils y ont placées. Lorsqu’elles sont suffisamment chaudes, ils en balaient les cendres et ensuite y déposent leur nourriture. Aux repas, les femmes mariées mangèrent séparément des hommes, et nous ne pûmes obtenir qu'elles se joignissent à nous. Les hommes, surtout, semblaient aimer notre façon de manger et maniaient très bien le couteau et la fourchette. Les cochons et les volailles ne sont pas très abondants chez eux ; les ignames et les meilleures bananes sans très rares sur cette île ; les naturels n’en apportent que peu des deux espèces et ils en mangent avec beaucoup de parcimonie. Quand les naturels veulent faire du feu, ils prennent un morceau de bois léger, y font une rainure puis frottent un autre morceau le long de celle-ci jusqu’à ce que la fine poussière prenne feu. Ceci est très laborieux et demande un temps important pour le faire.

 

   Le 21, nous doublâmes la pointe et y trouvâmes Lycurgus assis par terre, sa femme à ses côtés, avec un abri de pirogue qu’il avait apporté exprès pour être près de nous. Il nous accueillit chaleureusement et, pour nous divertir, il ordonna à deux de ses garçons de jouer de leurs flûtes, pendant qu’un autre chantait une sorte de chanson mélancolique, très adaptée à la musique. Lycurgus est un homme entre deux âges, à la mine avenante mais calme, avec d’épais cheveux noirs crépus et une barbe du même genre : il y avait une certaine majesté naturelle dans son comportement et dans son apparence. Je lui montrai quelques-uns de mes dessins, qu’il admira beaucoup et en prononça leurs noms dès qu’il les vit. Ces gens ont une drôle de méthode pour teindre leurs vêtements. Une fille qui était présente me montra tout le procédé, qui est le suivant : elle prit les jeunes feuilles d'une espèce de convolvulus (footnote), puis elle cassa les pointes d’une petite figue rougeâtre et la pressa pour en extraire un liquide laiteux qu’elle badigeonna sur une feuille, en le frottant doucement pour le mélanger avec le jus de la feuille jusqu’à ce qu’il devînt rouge. Elle en imbiba la feuille d’un solanum et ensuite en enduit une étoffe : la couleur est belle mais si elle tiendra, je ne puis le dire. Ils fabriquent différentes sortes de jolie vannerie pour contenir leurs couleurs. La plus simple est faite d'une feuille de cocotier qu’ils tressent et relèvent de chaque côté; ils fabriquent aussi un genre de bonnet dans les mêmes matériaux. Ils ne semblent pas tenir beaucoup à leurs vêtements, qu'ils ont en différentes couleurs, mais les portent tantôt d’une façon, tantôt d’une autre, selon leur humeur. Chez eux, les personnes de qualité s’entourent de plusieurs morceaux d’étoffe et ceux d’un rouge carmin ne sont portés que par la classe supérieure. Les gens, en général, apprécient beaucoup les pendants d’oreilles et les échangent contre ce qu’ils estiment être leurs biens les plus précieux. Certains de leurs pendants d’oreilles sont faits en nacre taillée dans diverses formes et sont attachés aux oreilles par des cheveux humains, curieusement tressés par les femmes. Ils relient également trois perles avec des cheveux et les suspendent à leurs oreilles.

 

   L’étoffe portée par les naturels de cette île est d’un genre très singulier, faite de l’écorce d’un petit arbre qui contient un jus visqueux et que nous vîmes au cours de nos excursions. Le mode de fabrication est très simple, mais laborieux, et le plus souvent réalisé par des femmes. Après avoir été trempée dans l’eau pendant quelques jours, l’écorce est étendue sur un morceau de bois plat et battue jusqu’à obtenir la minceur voulue à l'aide d'un maillet en forme de carré oblong dont chaque face est taillée en petites rainures de quatre tailles différentes. On commence par celle où ces dernières sont les plus larges et on finit avec les plus fines, ce qui, en laissant des rayures longitudinales sur l’étoffe, lui fait ressembler à du papier. Ces gens ont aussi des vêtements faits de nattes qu’ils portent principalement lorsqu’il pleut.

 

   Les taux, ou les termes, selon lesquels nous fîmes des échanges avec les naturels, furent un clou à large tête pour un petit cochon ; un plus petit pour une volaille ; une hachette pour un gros cochon ; et vingt noix de coco ou fruits à pain pour un clou de taille moyenne.

 

   Lorsque les naturels font signe à quelqu’un de loin, contrairement à notre façon à nous, ils agitent les mains vers le bas et lorsqu’ils rencontrent un ami, ou un parent, qu’ils n’ont pas vu depuis un certain temps, ils font semblant de pleurer de joie, mais ceci paraît purement cérémonial.

 

   La marée monte et descend sur à peine un pied dans le port ; mais le ressac est fort. Les habitants sont des nageurs émérites et restent dans l’eau très longtemps, même lorsqu’ils ont les mains pleines. A terre, ils conservent leur eau dans de gros bambous dans lesquels ils transportent aussi l’eau de mer à l’intérieur du pays. Les garçons pêchent en traînant une sorte de filet fait de feuilles de liseron et parfois ils attrapent des poissons avec des hameçons faits d’huîtres perlières, de grosses pinna marina et d’autres coquillages ; leurs formes sont très singulières. Ils en ont aussi en bois qui sont très gros. Ils pêchent sans appât mais ce sont les hameçons faits de coquillages scintillants qui attirent les poissons le plus vite. Quand ils jettent leurs hameçons, ils pagaient aussi rapidement que possible ; parfois, ils se servent d’un leurre fabriqué dans des dos de porcelaines et d’autres coquillages, percés et attachés ensemble en forme de poisson, avec une petite porcelaine en guise de tête et la queue faite d’herbe ingénieusement tressée. L’hameçon est suspendu juste en-dessous de ce leurre.  Pour lester leurs lignes, ils utilisent de l’os, ou un morceau de spath, qu’ils sculptent quelquefois.  

 

   La principale nourriture des naturels est le fruit à pain et les bananes, qu’ils épluchent et grattent à l’aide d’un coquillage tranchant, mais ils mangent peu de viande et de poisson en général. Pour ce dernier, ils le mangent parfois vivant ou cru ; comme ils n’ont pas de sel, ils trempent leur viande dans de l’eau de mer. Les naturels semblent très sujets à la gale et à d’autres éruptions cutanées, ce qui est d’autant plus étonnant que leur alimentation consiste principalement en légumes. Ils se déplacent souvent d’un endroit à l’autre à bord de leurs pirogues, transportant avec eux toutes leurs affaires domestiques. Parfois ils dorment toute la nuit dans leurs pirogues , mais celles utilisées à cet effet sont doubles et couvertes d’un abri en feuilles tressées.

 

   Tobiah, le favori d’Oboreah, dînait avec nous et comme il ne paraissait pas aimer notre plat, un pâté de viande de porc, nous nous rappelâmes que nous avions une grosse seiche et nous donnâmes l’ordre de l’apporter. Entre-temps, Tubora Tamaida était entré et, bien qu’il dît que son ventre était plein, il s’en saisit comme d'une friandise et, avec un autre homme, en mangea beaucoup parfaitement crue ; ensuite, ayant fait rôtir le reste, il en mangea la plus grosse partie. Il mit ce qui en restait dans deux noix de coco et le fit envoyer avec grand soin chez lui. Donc, selon toute apparence, ils apprécient ce poisson autant que certains Anglais apprécient la tortue ou un quartier de chevreuil. Une fois préparé, ce plat avait le goût d’un ragoût d’huîtres, sans être aussi tendre. On m’a dit que ce poisson fait une excellente soupe.  Ces gens aiment aussi la chair de chien et la considèrent un mets délicieux, ce que nous découvrîmes lorsqu’ils nous apportèrent une patte de chien rôtie à vendre. M. Banks en mangea un morceau et le trouva fort bon. Il sortit sur-le-champ, en acheta un et le donna aux Indiens pour qu’ils le tuent et le préparent à leur manière, ce qu’ils firent.  Après avoir tenu la gueule du chien contre le bas de son estomac jusqu’à ce qu’il s’étouffât, ils entassèrent des pierres chaudes sur le sol, y déposèrent le chien et le brûlèrent légèrement pour enlever les poils, puis ils grattèrent la peau avec une coque de noix de coco et la frottèrent avec du corail ; ensuite ils enlevèrent les boyaux, les posèrent tous avec soin sur les pierres et une fois grillés, les mangèrent de bon appétit; certains de nos gens n’hésitèrent pas à partager ce repas grossier avec eux. Ayant gratté et lavé le corps du chien pour le nettoyer, ils préparèrent un four de pierres chaudes, les recouvrirent de feuilles d’arbres à pain et y placèrent le chien avec le foie, le cœur et le mou, en y versant une noix de coco pleine de sang et en les recouvrant d’autres feuilles et pierres chaudes ; puis ils refermèrent le tout avec de la terre bien tassée afin de garder la chaleur. Il resta environ quatre heures au four et le soir fut servi au souper; j’en mangeai un peu ; il avait un goût de mauvais bœuf et une forte odeur désagréable ; mais le capitaine Cook, M. Banks et le docteur Solander, le louèrent beaucoup, disant que c’était la meilleure viande qu’ils eussent jamais goûtée ; mais il fut impossible de convaincre le reste de nos gens d’en manger.  Nous avons inventé un nouveau plat que les Indiens aiment aussi peu que nous aimons certains des leurs. Il y a ici une espèce de rat, très nombreuse sur cette île ; nous en attrapâmes quelques-uns et les firent frire ; la plupart des messieurs dans la tente conique en mangèrent et en dirent beaucoup de bien ; certains officiers inférieurs les mangèrent le matin au petit déjeuner.

 

   Le 27, nous assistâmes à une cérémonie très bizarre : Tiropoa, une des femmes de Tubora Tumaida, après avoir versé des larmes et exprimé des sentiments de chagrin, sortit une dent de requin de dessous ses vêtements et s'en frappa la tête plusieurs fois, ce qui fit couler beaucoup de sang; puis, tout en se lamentant amèrement, elle articula quelques mots sur un ton lugubre et recouvrit le sang avec des morceaux d’étoffe ;  après avoir perdu environ une pinte de sang, elle en recueillit autant que possible, le jeta dans la mer et prit ensuite une expression joyeuse comme si rien ne s’était passé.  Ceci est, paraît-il, une cérémonie exécutée en général par des veuves après le décès de leurs maris.

 

   Ce matin, une femme, une belle et grosse dame respirant la santé, qui, nous le découvrîmes, était la reine et qui avait une grande quantité de leur étoffe de toutes les couleurs, nous rendit visite et nous fit un présent.

 

   Tootahau, le roi de l’île, que nous appelions Hercules, vint aussi avec toute sa famille et nous apporta des présents que nous acceptâmes de bonne grâce.

 

  Le 30, comme il faisait beau, nous fîmes un tour dans la campagne, qui était bien agréable, et nous rencontrâmes plusieurs plantes rares, ce qui fit très plaisir à nos botanistes.

 

   Le 2 mai, nous découvrîmes que le quart-de-cercle astronomique manquait; il avait été apporté à terre la veille pour observer le passage de Vénus. Plusieurs hommes furent immédiatement dépêchés dans le pays pour le retrouver ; certains naturels leur apprirent qu’il avait été emporté à travers les bois en direction de l’est. Le capitaine, M. Banks et M. Green, avec d’autres de nos hommes, Tubora Tumaida, et quelques naturels, tous armés, partirent à sa recherche. Tootahaa, le roi, et plusieurs pirogues furent détenus jusqu’à leur retour. Pendant qu'ils étaient partis, le soir j’allai me promener vers l’est et je fus presque étourdi par le bruit des sauterelles qui abondent dans cette île. A la fin, j’atteignis un grand espace ouvert, au bord duquel je vis une longue maison ; aux alentours, étaient réunis beaucoup de naturels qui avaient apporté avec eux de grands paniers de fruits à pain ; certains étaient occupés à les partager et d’autres en emportaient des paniers entiers pleins, de sorte que l’endroit ressemblait à un marché de fruits à pain. Près de cette clairière, s’élevait une autre longue maison où, paraît-il, ils teignaient leur étoffe dont j’ai acheté quelques morceaux avant de retourner au fort. Sur les huit heures du soir, le groupe qui était parti à la recherche du quart-de-cercle revint, l’ayant fort heureusement obtenu avec l’aide de Tubora Tumaida. Certains naturels l’avaient démonté et partagé entre eux, mais ne lui avaient causé aucun dommage matériel. Il fut volé par un homme nommé Moroameah, serviteur de Titaboreah, un de leurs chefs. Ils trouvèrent également un pistolet qu’un des naturels avait volé quelques temps auparavant. Tootahua pleura pendant l’absence du groupe et fut très inquiet à cette occasion, craignant d’être tué si l’on ne parvenait pas à trouver le quart-de-cercle ; il avait envoyé chercher deux cochons pour nous apaiser. Oboreah, la reine, nous fuit et aucun naturel ne voulut venir au marché. Lorsque Tubora Tumaida et ses hommes, qui accompagnaient M. Banks, revinrent et virent Tootahau prisonnier, ils se mirent à pousser les lamentations les plus tristes qu’on puisse imaginer ; mais les assurances que nous leur donnâmes que nous leur voulions aucun mal eurent vite fait de les calmer.

 

   Le 4, très peu de monde vint au marché avec des provisions, car la détention de leur roi, Tootahau, les avait intimidés.

 

   Des naturels nous décrivirent beaucoup d’îles voisines, au nombre de dix-neuf, et du haut d’une montagne nous en montrèrent une, qui était Yoole Etea.

 

   La plupart des naturels de cette île sentent fort l’huile de coco. Ils ont le teint mordoré, les cheveux noirs en général et souvent crépus; des yeux noirs, le nez épaté et une grande bouche, avec une mine réjouie ; ils portent tous la barbe, mais se rasent la moustache. Ils sont bien bâtis et fort robustes, ayant en général le ventre très saillant ; c’est un peuple timoré, gai, facétieux et accueillant. Il y a chez eux plus d’hommes grands, mesurant six pieds trois pouces et demi, que chez tous les peuples que j'ai pu voir ; mais les femmes sont, généralement, petites par rapport aux hommes. Ils doivent être très honnêtes les uns avec les autres car aucune maison n’est fermée. Les serrures, les verrous et les barreaux sont propres aux pays civilisés, où les théories morales sont les meilleures et les pratiques morales trop souvent les pires ; ce qui amène peut-être un écrivain célèbre à conclure, bien qu’à tort, que l’homme, dans l’ensemble, est nécessairement rendu pire et moins heureux par la civilisation et la poursuite des arts et des sciences. Les besoins de la nature, c’est vrai, ne sont que peu nombreux et la partie non civilisée de l’humanité semble, en général, satisfaite si elle peut obtenir ce peu. L’ambition et le goût de banquets luxueux et d’autres choses superflues ne sont guère connus chez les nations barbares ; elles se font généralement moins de souci pour le lendemain que celles qui sont civilisées et s'amusent donc davantage en profitant de la bonté du ciel aujourd'hui. Peu habituées à l'extravagance des vêtements ou des mets, portée en Europe à un degré extrême, elles sont moins sujettes aux maladies, sont plus robustes, ressentent moins les rigueurs des saisons et sont, au niveau de leur constitution, ce que furent les anciens Bretons avant d’être civilisés. Malheureusement pour nous, la constitution athlétique de nos ancêtres ne se retrouvent pas chez nous, étant affaiblie par des excès de différentes sortes pendant que des maladies, l’effet de l’alcoolisme et des débauches, contaminent notre sang et deviennent héréditaires dans notre progéniture.

 

   Les cases des naturels sont entourées d’une clôture basse faite de roseaux ; le sol à l’intérieur est très proprement recouvert d’une espèce de paille, sur laquelle ils étendent des nattes pour dormir ; en guise d’oreiller, ils ont un tabouret à quatres pieds, reliés entre eux par le bas, fait dans une pièce de bois massif ; les seuls outils qu’ils ont pour travailler sont faits de pierres ou de coquillages, car ils n’avaient pas de fer sur l’île avant l’arrivée du Dolphin.

 

   Ces cases sont construites à une distance considérable les unes des autres, de sorte que l’île ressemble à un seul village qui se prolonge et elle abonde en cocotiers4, arbres à pain et pommiers dont les fruits tombent, pour ainsi dire, dans leurs bouches, ce qui est peut-être la cause de l’indolence de ce peuple ; s’ils étaient portés à travailler, il y aurait peut-être une plus grande abondance de provisions chez eux. De plus, s’ils étaient correctement cultivés, les fruits de cette île non seulement augmenteraient en quantité mais leur qualité pourraient être aussi améliorée. Pourtant, les naturels paraissent tout à fait contents de ce qui se produit spontanément, comme s’ils avaient atteint le nec plus ultra et sont, en conséquence, plus heureux  en général que ne le sont les Européens dont les désirs sont sans limites. Lorsque les hommes travaillent, ils ne portent qu’un morceau d’étoffe autour de la taille qu’ils appellent maro ; autrement, ils portent des vêtements appelés purawei et teepoota sur le corps, avec une sorte de turban sur la tête et, pour marcher, ils tiennent un long bâton blanc à une main, l’extrémité la plus petite vers le haut.

 

   Ces gens vont en guerre à bord de grandes pirogues, dont une extrémité porte une sorte de plate-forme, soutenue par quatre piliers sculptés et appelée tootee. Leurs armes sont un genre de massue et de longues lances en bois. Ils ont aussi des arcs et des flèches. Les premiers sont faits dans un bois dur et élastique.  Les flèches sont un genre de petit roseau, ou des bambous, avec des pointes faites de bois dur ou de l’aiguillon de la raie, qui est un os barbelé et acéré. Ils se servent aussi de frondes faites dans les fibres de l’écorce d’un arbre dont ils font aussi en général leurs cordages : certains de ceux-ci sont, comme leurs frondes, finement tressés. Ils fabriquent leurs hachettes, ou plutôt herminettes, qu’ils appellent towa, en attachant une pierre noire et dure, la même qu’ils utilisent pour leurs pilons à pâte, au bout d’un manche en bois ; elles ressemblent beaucoup à une petite binette de jardin ; la partie en pierre est travaillée ou usée pour former un tranchant. La fabrication de ces instruments en pierre doit demander beaucoup de travail et de temps puisque la pierre dont ils sont faits est très dure.  Les naturels ont des maro, ou des morceaux d’étoffe, qui montent à partir de la taille, pour les protéger des lances, ou des touffes de cheveux curieusement tressées. Ils portent également des teepoota sur la tête et des taowmee, ou un genre de pectoral, suspendus autour du cou ; de grands turbans aussi, dans lesquels ils piquent une petite touffe de plumes de perroquet ; et ils utilisent parfois ce qu’ils appellent un whaow, qui est un grand chapeau de forme conique. Dans leurs heivo, ou danses guerrières, ils font des mouvements et des gestes comiques comme ceux exécutés par les filles quand elles dansent des taowree whaow , jouant de castagnettes faites de deux coquilles d’huîtres perlières. Ils font le ephaita, ou la grimace, en signe de défi ; ils joignent également les mains, en les bougeant en même temps, et se tapent la poitrine près de l’épaule avec la paume de la main.  Lorsqu’ils se battent à bord de leurs bateaux, ils se jettent généralement une cordelette pour attacher les pirogues ensemble et les hommes qui le font ne sont jamais frappés .


Les naturels se font différentes coupes de cheveux. Quand leurs plus proches parents meurent, certains d’entre eux se coupent entièrement les cheveux et vont la tête nue ; d’autres laissent une bande de cheveux tout autour de la tête ; et d’autres se coupent les cheveux en cercles ; alors que certains n’ont qu’un morceau circulaire sur le haut coupé comme la tonsure d’un prêtre ; d’autres encore préfèrent une autre mode, laissant des cheveux au sommet de la tête et coupant tout le reste. Tout ceci, ils le réalisent à l’aide d’une dent de requin qui coupe de très près ; ils se rasent également à l'aide d'une dent de requin montée sur un morceau de coquillage brut. Les naturels ont comme habitude de se marquer de manière très singulière, ce qu’ils appellent tataowing. Ceci est fait avec le jus d’une plante : ils réalisent l’opération à l’aide d’un instrument, ayant des dents comme un peigne, qu’ils trempent dans le jus et qui sert à perforer la peau. M. Stainsby, moi-même et quelques autres de notre groupe, nous  subîmes l'opération et nous nous fîmes marquer aux bras : la tache laissée dans la peau, qui ne peut être effacée sans détruire cette dernière, est d’un pourpre bleuâtre vif, semblable à celle laissée sur la peau par la poudre à canon. Ces gens ont inventé un instrument de musique, un peu comme la flûte, dans lequel ils soufflent par le nez ; mais leurs notes, qui ne sont que très peu, sont rudes et ingrates. Leurs danses ne sont pas moins singulières que leur musique ; car ils se contorsionnent afin de prendre des postures extravagantes, écartent les jambes, mettent les deux poings sur les hanches et, en même temps, distordent les muscles du visage et tordent la bouche en diagonale, d’une façon qu’aucun de nous ne sut imiter.
La polygamie n’est pas autorisée chez eux mais les femmes mariées n’ont pas un sens de la pudeur très délicat : leurs maris vous autorisent toutes les libertés avec leurs femmes, sauf l’ultime, qu’ils n’admettent pas. La plupart des membres de notre équipage se procurèrent des femmes temporaires chez les naturelles, avec lesquelles ils cohabitaient parfois ; une indulgence que même beaucoup d’Européens réputés vertueux se permettent impunément dans des parties non civilisées du monde ; comme si un changement de lieu altérait la turpitude morale de la fornication et que ce qui est péché en Europe n’est que simple gratification innocente en Amérique : ceci suppose que l’obligation de chasteté est locale et limitée seulement à certaines parties du globe.
Il est d’usage pour les femmes de porter sur la tête des guirlandes de fleurs composées de feuilles de palmiers blanches cueillies sur les spathes d’où sort la fleur. Elles cueillent aussi un genre de gardénia, dès que les fleurs éclosent, et les mettent à l’oreille. Les deux sexes sont très propres ; ils se lavent dans la rivière trois fois par jour et se nettoient les mains et les dents après chaque repas.
Les enfants des deux sexes sont remarquablement gentils les uns avec les autres et si on leur donne quelque chose, ils se la divisent en parts égales si c’est possible.
Le cinq, le capitaine et M. Banks, avec d’autres, partirent à l’ouest et présentèrent leurs respects à Tootahau et à d’autres chefs qui, nous le supposions, s’étaient sentis offensés, puisque les gens n’apportaient plus de fruits au marché comme à l’accoutumée. Ils les reçurent avec bienveillance et les divertirent avec des spectacles de lutte et de danse ; lorsqu’ils retournèrent au navire, Tootahau, le roi, les accompagna et apporta un cochon rôti; le capitaine lui fit un présent.


Le six, le lendemain, les naturels apportèrent leurs fruits au marché comme d’habitude.


En nous promenant dans les bois, nous vîmes le corps d’un homme couché sur une sorte de bière, abritée par des nattes soutenues par quatre bâtons ; tout autour, un carré de terre était clôturé par des bambous et le corps était recouvert d’étoffe.  Ces lieux de sépulture s’appellent morai.


Nous vîmes aussi, ce jour-là, les naturels polir leurs pirogues, à l’aide du madrepora fungites, une espèce de corail, ou champignon de mer, qu’ils utilisent également pour polir les poutres de leurs maisons.


Le 8, M. Mollineux alla dans la chaloupe vers l’est afin d'acheter des cochons, mais il ne put en avoir ; les gens leur dirent qu’ils appartenaient tous à Tootahau, ce qui témoignait de la supériorité de cet homme.


Ce jour-là, nous vîmes un homme au teint très pâle, avec le nez et les joues colorés, les cheveux et les poils de la barbe, les sourcils et les cils tout à fait blancs ; à tel point qu’il était un lusus naturae parmi eux.


Le 13, pendant que M. Banks était assis comme d'habitude dans le bateau à faire du commerce avec eux, nous vîmes se dérouler une cérémonie très bizarre : des étrangers s’approchèrent et les autres leur cédèrent le passage en faisant une voie pour les laisser passer. La première personne dans la procession offrit à M. Banks une petite touffe de plumes de perroquets suivie, l'une après l'autre, de plantains et de feuilles de malape.  Puis une femme arriva portant sur elle une grande quantité de vêtements qu’elle enleva et, les étalant sur le sol, elle se retourna et s’exposa  totalement nue : ses compagnons lui tendirent d’autres vêtements qu’elle étala aussi sur le sol, avant de s’exposer comme auparavant ; ensuite les gens ramassèrent tous ses vêtements, prirent congé et se retirèrent.


Le 14, nous vîmes une personne qui ressemblait à un hermaphrodite.


Le 15, nous n’eûmes qu’une petite brise de mer et il faisait très lourd, malgré les nuages accrochés aux sommets des montagnes, et nous nous attendions à de la pluie ; nous eûmes quelques risées de vent venant des montagnes et soulevant de petits nuages de sable qui recouvrirent tout et rendirent notre situation encore plus désagréable. Le soir nous aperçûmes un grand  anneau remarquable autour de la lune.


Le 16, il plut très fort et il y eut deux arcs-en-ciel. Nous tirâmes la senne dans plusieurs endroits éloignés mais n’attrapâmes point de poissons.


Le 17, la sentinelle fit feu sur un des naturels qui, pour la deuxième fois, vint avant le jour dans l’intention de voler des tonneaux ; mais le fusil rata et l’homme eut la vie sauve.


Le 20, peu de naturels se rendirent au marché, la pluie les en ayant empêchés.


Le 22, il y eut une forte pluie, accompagnée de tonnerre et d’éclairs pires que tout ce que j’avais jamais entendu ou vu.  Il plut si fort que l’eau traversa la grande tente et mouilla tout ce qu’il y avait dedans ; nous craignîmes que l’orage n’endommageât le navire, mais, providentiellement, il en sortit indemne.


Le trois juin, comme il faisait très beau, les astronomes eurent une belle occasion d'observer le passage. M. Banks, avec un groupe, se rendit à Eimayo et un autre groupe à l’est afin de faire des observations au même moment.  M. Banks revint avec deux cochons qu’il obtint du roi d’Eimayo.
*La calculation du passage qui suit a été trouvée parmi les papiers de Sydney Parkinson, avec également une table des hausses et des baisses du thermomètre entre le 27 avril 1769 et le 9 juillet suivant ; elles sont jointes ici pour l’information des curieux.


Comme nous devions observer le passage de Vénus sur cette île, nous construisîmes un fort temporaire pour nous servir de logement à terre: [voir pl. IV].  Il avait un fossé, avec des palissades, au bord de la rivière; des canons et des pivots montés sur les  remparts; à l’intérieur, nous avions un observatoire, un four, une forge et des parcs pour nos moutons.  Des sentinelles furent postées comme à l'accoutumée dans une garnison et la discipline militaire observée.  Le sol sablonneux, sur lequel s’élevait le fort, fut très gênant lorsque le vent était violent.

Un genre de bouillie à base de flocons d’avoine.

Des fois les femmes pagaient.

4 Je vis certaines tiges de noix de coco que je pouvais à peine soulever, ce qui me surprit d’autant plus que les tiges étaient très minces.

Un genre de divertissement.

Nous vîmes deux hommes qui avaient eu le crâne transpercé par des pierres parties d’une fronde ; les blessures s’étaient refermées, mais avaient laissé un gros opercule.

 



CALCUL DES TEMPS DE TRANSIT


                                                                                                    8 pas d'erreur
                                        Hauteur  méridienne du soleil le 2 juin  50 7
                                                                                                    3 juin   49 59
                                          le 3 juin, 1769.                               Erreur de 16



H

M

S

Hauteur du soleil avant le
premieur contact extérieur.

D

M

 

H

M

S

    Hauteur du soleil

D

M

8

48

9

      Première position.

28

42

 

2

45

18

      Première position.

32

47

 

50

10

 

29

5

 

 

46

31

 

32

34

 

51

41

 

29

21

 

 

47

35

 

32

22

8

53

19

      Deuxième position.

29

36

 

2

48

39

      Deuxième position.

32

12

 

55

7

 

29

57

 

 

49

44

 

31

56

 

56

19

 

30

13

 

 

50

33

 

31

49

8

57

36

      Troisième position

30

27

 

2

51

33

      Troisième position.

31

39

 

58

37

 

30

37

 

 

52

28

 

31

29

 

59

44

 

30

47

 

 

53

35

 

31

16

 

Avant le premier contact intérieur.

 

 

 

Après le second contact extérieur.

 

9

25

48

      Première position.

35

20

 

3

13

39

      Première position.

27

35

 

27

46

 

35

34

 

 

14

36

 

27

24

 

28

23

 

35

47

 

 

15

35

 

27

14

9

29

15

      Deuxième position.

35

55

 

3

16

33

      Deuxième position.

27

3

 

29

46

 

36

2

 

 

7

25

 

26

53

 

30

29

 

36

9

 

 

18

19

 

26

43

9

31

13

      Troisième position

36

13

 

3

19

14

      Troisième position.

26

34

 

32

4

 

36

23

 

 

20

14

 

26

21

 

32

43

 

36

29

 

 

21

1

 

26

12

 

Après le premier contact intérieur.

 

 

 

Après le second contact extérieur.

 

9

42

56

      Première position.

38

9

 

3

32

3

      Première position.

24

5

 

43

52

 

38

25

 

 

33

14

 

23

51

 

45

35

 

38

31

 

 

34

32

 

23

36

9

46

32

      Deuxième position.

38

42

 

3

35

31

      Deuxième position.

23

25

 

47

59

 

38

54

 

 

36

33

 

23

11

 

49

27

 

39

8

 

 

37

30

 

23

 

9

50

27

      Troisième position.

39

17

 

3

38

39

      Troisième position.

22

55

 

51

9

 

39

25

 

 

49

58

 

22

31

 

52

6

 

39

32

 

 

41

5

 

22

21

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            

 

 

 

 

 

 

Hauteur le matin

 

 

I

II

II

 

 

 

 

 

 

 

2nde contact intérieur

}

0

23

10

 

 

 

 

 

 

 

        1er extérieur

Heure

H

M

S

 

D

M

        1er intérieur

 

0

39

30

 

7

42

29

Hauteur du soleil

15

51

        2nde idem

 

3

10

57

 

0

45

26

 

16

25

        2nde extérieur

 

3

29

58

 

0

46

38

 

16

40

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                       L'ASCENSION et LA CHUTE du THERMOMETRE

 

 

M

N

A

 

 

 

M

N

A

Avril 1769

 

 

 

 

Juin

 

 

 

Jeudi

27

68

82

60

 

Vendredi

2

 

 

 

Vendredi

28

68

84

70

 

Samedi

3

 

 

 

Samedi

29

70

85

68

 

Dimanche

4

 

 

 

Dimanche

30

69

86

70

 

Lundi

5

74

84

78

Mai

 

 

 

 

Mardi

6

74

86

78

Lundi

1

70

85½

77

 

Mercredi

7

74

86

77

Mardi

2

79

91

79

 

Jeudi

8

73

87

76

Mercredi

3

78

91

80

 

Vendredi

9

7-

83

79

Jeudi

4

70

91

79

 

Samedi

10

69

81

78

Vendredi

5

72

91

79

 

Dimanche

11

74

77

77

Samedi

6

69

86

80

 

Lundi

12

72

82

79

Dimanche

7

72

91

80

 

Mardi

13

72

83

78

Lundi

8

71

86

77

 

Mercredi

14

74

87

81

Mardi

9

70

85

78

 

Jeudi

15

74

87

79

Mercredi

10

70

85

78

 

Vendredi

16

72

83

77

Jeudi

11

70

86

81

 

Samedi

17

70

81

77

Vendredi

12

74

87

79

 

Dimanche

18

72

83

68

Samedi

13

75

86

78

 

Lundi

19

72

82

74

Dimanche

14

77

87

78

 

Mardi

20

70

83

76

Lundi

15

74

85

80

 

Mercredi

21

69

86

77

Mardi

16

74

85

79

 

Jeudi

22

70

86

76

Mercredi

17

72

87

79½

 

Vendredi

23

69

86

76

Jeudi

18

73

89

79

 

Samedi

24

67

85

74

Vendredi

19

72

82

76

 

Dimanche

25

74

84

76

Samedi

20

72

73

73

 

Lundi

26

67

79

75

Dimanche

21

72

85

74

 

Mardi

27

70

84

76

Lundi

22

70

72

75

 

Mercredi

28

71

85

77

Mardi

23

69

86

77

 

Jeudi

29

67

80

78

Mercredi

24

70

87

79

 

Vendredi

30

76

82

78

Jeudi

25

72

82

78

 

Juillet

 

 

 

Vendredi

26

73

83

81

 

Samedi

1

70

78

78

Samedi

27

75

85

81

 

Dimanche

2

70

85

80

Dimanche

28

71

86

80

 

Lundi

3

74

84

78

Lundi

29

71

86

78

 

Mardi

4

70

88

78

Mardi

30

70

84

76

 

Mercredi

5

70

88

77

Mercredi

31

70

84

78

 

Jeudi

6

72

83

78

Juin

 

 

 

 

Vendredi

7

76

83

78

Jeudi

1

71

 

 

 

Samedi

8

73

83

76

 

 

 

 

 

 

Dimanche

9

72

83

79

 

 

Le docteur Solander, M. Banks et plusieurs autres personnes allèrent rendre visite à Tootahau pour voir s'ils pouvaient obtenir des cochons ; après être allés bien plus loin que là où il réside habituellement, ils le rencontrèrent avec la reine Oboreah. Ils leur firent de belles promesses et les invitèrent à passer la nuit chez eux, ce qu'ils acceptèrent. Mais, le lendemain matin, à certains il manquait leurs bas, à d'autres leurs vestes et leurs gilets ; avec le reste, M. Banks perdit sa veste et son gilet blancs aux brandebourgs argentés et dont les poches contenaient une paire de pistolets et d'autres choses. Ils demandèrent ce que ces vêtements étaient devenus mais ne reçurent aucune explication ; ils s'en allèrent donc fort mécontent, n'ayant obtenu qu'un seul cochon.


Le 12, les naturels nous racontèrent l'escale de deux vaisseaux sur leurs côtes ; nous crûmes comprendre que l'équipage était espagnol et avait introduit le lues venara chez eux .


Le 15, le fourgon fut volé, ce qui, ajouté aux autres choses qui nous avaient été chapardées et au traitement insolent rencontré par M. Monkhouse, décida le capitaine à chercher réparation ; il se saisit de vingt-sept pirogues doubles, avec voiles, qui le matin se trouvaient par hasard à la pointe, certaines en provenance d'une autre île ; il menaça de les brûler si les affaires volées n'étaient pas rendues. Avant midi, ils rapportèrent le fourgon, mais nous n'eûmes pas de nouvelles du reste ; les pirogues furent retenues. Tootahau était fort mécontent et ne permit à aucun naturel de nous approvisionner en fruits à pain, noix de coco ou pommes.  A ce moment-là, le temps était très humide; P. Briscoe, un des serviteurs de M. Banks, atteint d'une fièvre nerveuse, allait très mal et nous n'entretenions que peu d'espoir pour son rétablissement car une longue maladie l'avait rendu extrêmement faible; dans ce climat chaud, il faut longtemps pour qu'un Européen retrouve ses forces, comme je l'ai appris par ma propre expérience.


Le 19 au soir, après la tombée de la nuit, Oboreah, la reine, et plusieurs de ses gens, arrivèrent d'Opare, le palais de Tootahau, à bord d'une pirogue double chargée de plantains, de fruits à pain et d'un cochon ; mais elle n'apporta aucune des affaires volées, plaidant que Obade, son galant, les avait volées et était parti avec elles. M. Banks la reçut très froidement et il ne leur permit pas non plus de se coucher sous la tente, étant lui-même déjà occupé ; quand le capitaine refusa leurs présents, la reine parut très chagrinée. M. Banks et les autres allèrent se coucher; toute la tribu des naturels se serait couchée dans la tente conique, mais je ne voulus pas les tolérer et les renvoyai. Le lendemain matin, ils revinrent à la tente ; le capitaine Cook changea d'avis et acheta une partie de leurs fruits. La reine eut un comportement très hautain, pourtant M. Banks leur permit de passer la journée allongés dans sa grande tente. Deux des dames de sa suite s'appliquèrent avec assiduité à se trouver un mari, recherche qui, à la longue, finit par réussir. Le chirurgien en prit une et un des lieutenants l'autre ; elles paraissaient assez aimables jusqu'à l'heure de se coucher quand elles décidèrent de s'installer dans la tente de M. Banks, ce qu'elles firent donc. Mais lorsque l'une d'entre elles sortit, le chirurgien insista pour qu'elle n'y dorme pas et la repoussa ; les autres la suivirent, à part Otea Tea, qui geignit et pleura un bon bout de temps, jusqu'à ce que M. Banks la conduisît dehors aussi. M. Monkhouse et M. Banks s'expliquèrent quelque temps après et se disputèrent violemment ; je m'attendais à ce qu'ils résolussent leur différend par un duel qu'ils eurent cependant la prudence d'éviter.  Oboreah et sa suite étaient parties à leur pirogue et ne voulurent pas revenir ; mais M. Banks alla passer toute la nuit avec elles.


Ce jour-là, les pirogues de la princesse Tetroah Mituah furent saisies, chargées de présents pour nous ; mais, comme le capitaine Cook la savait innocente, il la laissa reprendre ses pirogues.

 

   Le 21, au matin, beaucoup des naturels vinrent nous voir avec des présents de toutes sortes ; mais, bien qu'appelés présents, ils furent tous payés. Notre tente était presque remplie de monde ; peu après, Amoa, qui est le chef de plusieurs districts de l'autre côté de l'île, arriva aussi et apporta un cochon avec lui. Dès qu'il apparut, les naturels se déshabillèrent jusqu'à la taille ; c'est une marque d'hommage envers leurs supérieurs que nous n'avions pas observée jusque-là mais que, nous sembla-t-il, était habituellement témoignée à toute personne de haut rang parmi eux. Oboreah appelait cet homme son mari et Toobiah l'appelait son frère; mais il

n'y a pas lieu d'attacher grande importance à ce qu'ils disent. Une femme, appelée Teetee, arriva de l'ouest et offrit au capitaine un très beau vêtement, d'un jaune vif bordé de rouge ; au milieu figuraient beaucoup de croix empruntées, nous le supposâmes, aux Français.  


Le 23, au matin, un de nos hommes, un Portugais que nous avions embarqué à Rio de Janeiro, manquait ; lorsque nous nous renseignâmes auprès des Indiens, nous apprîmes qu'il était à Opare avec Tootahau; l'un d'eux proposa d'aller nous le chercher, ce qu'il fit donc la nuit même. L'explication qu'il donna à son retour fut que trois hommes l'avaient abordé, criant tyau, qui est le mot d'ordre chez eux pour l'amitié, l'avaient ensuite enlevé du fort et traîné jusqu'au bout de la baie où ils l'avaient déshabillé, obligé à monter dans un bateau et conduit à OpareTootahau lui avait donné des vêtements et l'avait persuadé de rester avec lui. Nous pensâmes que ce récit était vrai car, dès que les naturels apprirent qu'il avait été délivré, tous ceux qui étaient dans la tente conique partirent et se rendirent en grande hâte à Opare, craignant notre vengeance.


Le 26, le capitaine et M. Banks partirent effectuer un relevé de l'île et ils commencèrent par le côté occidental.


Le 27, nous observâmes un jeu très apprécié auquel les jeunes filles s'amusent le soir ; elles se divisent en deux groupes qui se tiennent l'un en face de l'autre, un groupe lance des pommes que l'autre s'efforce d'attraper. Je ne connais pas la règle du jeu ; mais de temps à autre, celles d'un des groupes s'avançaient, tapant du pied, faisant des grimaces, écartant les jambes, soulevant leurs vêtements et exposant leur nudité ; répétant en même temps des mots sur un ton désagréable.  Ainsi sont-elles élevées à la lubricité dès l'enfance, certaines d'entre elles n'ayant pas plus de huit ou neuf ans.


Le 28.  Le soir, le capitaine et M. Banks revinrent de leur excursion à l'ouest. Et tôt le matin du 29, ils partirent pour la partie orientale de l'île pour en faire un relevé.


A ce moment-là, les vivres de toutes sortes étaient très rares et certains naturels presque affamés. Cette pénurie était principalement due au fait qu'ils nous avaient trop généreusement fournis en fruits à pain, ce qui obligea les habitants à manger, à la place, du ehee rôti dont le goût ressemble beaucoup à celui de notre châtaigne ; mais, comme les arbres à pain étaient couverts de jeunes fruits, nous espérâmes qu'ils auraient bientôt une autre récolte pour les soulager.
Le premier juillet, au soir, le capitaine et M. Banks revinrent après avoir effectué le relevé de l'île, qu'ils trouvèrent plus grande qu'ils ne le croyaient, en rapportant avec eux plusieurs cochons ; ils auraient pu en obtenir davantage avec plus de hachettes. En faisant le tour de l'île, ils découvrirent qu'elle se compose de deux péninsules, reliées par un isthme bas et marécageux, à travers lequel M. Banks supposait qu'on pourrait tirer des pirogues. A partir de Port Royal, qui se situe à l'extrémité occidentale, la côte s'étend vers le sud-est sur environ dix-neuf milles jusqu'à un récif de trois petits îlots, formant une baie, appelée Society-Bay. D'ici la terre descend en pente vers une baie profonde, au niveau de l'isthme ou de la jonction des deux parties, dont la plus petite est presque ovale et entourée d'un récif qui court parallèlement à la plage à une distance d'environ deux milles. Celui-ci possède plusieurs ouvertures, ou passages, qui donnent accès à un mouillage sûr à l'intérieur. Le côté nord de l'île est également protégé par un récif similaire ; mais le fond à l'intérieur est sale et peu sûr pour des bâtiments de charge. La longueur totale de l'île est d'environ cinquante lieues ; et sa circonférence de quarante. En plus de celles mentionnées ci-dessus, ils aperçurent plusieurs autres baies ; certaines très bonnes et l'une, en particulier, dans laquelle une flotte importante aurait pu mouiller facilement en toute sécurité ; le nom qui lui est donné par les naturels est Papara.


Ils apprirent aussi que l'île est divisée en deux principautés, dont une, comprenant la plus grande péninsule, s'appellent Otaheite Nooa, ou le Grand Otaheite ; l'autre, comprenant la plus petite péninsule, se nomment Otaheite Eetee, ou le Petit Otaheite. La première des ces divisions s'appelle aussi Oboreano, en l'honneur de la reine Oboreah, qui en est la régente. L'autre division est également gouvernée par une femme, au nom de Teideede ; elle est plus jeune qu'Oboreah. Les populations de ces deux divisions ne semblent pas être en bons termes, car il y a peu de communication entre elles.


Au cours de leur voyage, ils virent aussi un grand monument de forme pyramidale, en pierre polie; on leur apprit que c'était le morai d'Oboreah et d'Oamo, qui, selon les propos des gens de là-bas, étaient frère et sœur.


Le 6 juillet, au soir, une jeune femme qui s'avéra être une fille d'Oamo se présenta à l'entrée du fort. Les naturels honorèrent son arrivée en se découvrant les épaules. Nous l'invitâmes à entrer dans la tente mais elle ne voulut pas.


Le 9, deux de nos fusiliers marins qui étaient amoureux chacun d'une naturelle, désertèrent du fort et s'enfuirent dans la partie occidentale de l'île avec l'intention d'y rester. Le même jour, un naturel vola un couteau à un de nos matelots et le blessa avec au niveau du front, lui transperçant presque le crâne ; une bagarre s'ensuivit et les Indiens s'enfuirent.


Ce jour-là, M. Banks et le docteur Monkhouse firent une longue marche de plusieurs milles jusqu'à une vallée vers Orowhaina; à la fin, ils atteignirent une cascade et ne purent aller plus loin. Dans ce lieu, les montagnes s'élevaient presqu'à la perpendiculaire ; en plusieurs endroits, pendaient des cordes destinées, nous crûmes le comprendre, à aider ceux qui en temps de disette essayaient d'en faire l'ascension afin de chercher des fayhee, ou plantains sauvages. Les pierres et le sol, sur certaines des plus hautes montagnes, paraissaient avoir été brulés ou calcinés ; sur les plus basses, là où je suis allé, la terre est un genre d'ocre rouge couverte de différentes plantes, mais principalement de fougères.
La plupart des matériaux qui composaient le fort ayant été démantelés et chargés à bord du navire, nous nous préparâmes à appareiller.


Le 10, comme nous n'avions aucune nouvelle de nos deux déserteurs, nous décidâmes de nous emparer de plusieurs des principaux personnages et de les détenir jusqu'à ce que nous pussions les récupérer. Nous envoyâmes alors à bord du canot un détachement qui appréhenda Tootahua et le ramena au navire ; sur quoi, Oboreah, et plusieurs autres chefs, expédièrent leurs serviteurs à la recherche de nos hommes et ils rentrèrent le soir avec l'un d'eux. Celui-ci nous avertit que les Indiens avaient retenu un de nos officiers commandant le détachement envoyé à sa recherche, également un des hommes qui l'accompagnait. Après s'être emparé de leurs armes, ils les avaient traité très brutalement ; en apprenant ceci, on fit partir les fusiliers marins à leur poursuite, avec quelques naturels.  Entre-temps, les naturels que nous avions fait prisonniers, ignorant ce que serait leur sort, étaient très inquiets ; mais le lendemain matin, les fusiliers marins revinrent avec les hommes qui avaient été détenus et avec celui qui avait déserté. Nous relachâmes alors les naturels que nous retenions prisonniers. Après avoir fait de grandes déclarations d'amitié, ils nous quittèrent et, une fois sur la plage, ils prirent la direction d'Opare aussi vite que possible, montrant en chemin des signes de mécontentement.


Durant notre escale ici, M. Banks et le docteur Solander collectèrent très assidûment tout ce qu'ils pensaient pouvoir contribuer à l'avancement de l'Histoire Naturelle ; sous leur direction, je dessinai un grand nombre d'arbres curieux et d'autres plantes ; ainsi que des poissons, des oiseaux et les corps naturels qui ne pouvaient être facilement conservés entiers pour être ramener chez nous.

 

6. Nous apprîmes plus tard à Batavia que ces vaisseaux avait été armés par les Français et étaient sous le commandement de M. de Bougainville.

 

   Le catalogue suivant présente quelques-uns des principaux sujets botaniques, natifs de cet endroit, utilisés par les habitants. 

 

 

 

PLANTES utilisées comme aliment, médicament etc. à OTAHEITE.

 

 

Nom indigène.                                                          Nom latin.


Teatea-maowa,                                                        Jasminum-didymum,


Pousse dans la montagne ; possède une fleur blanche odoriférante, que les naturels admirent beaucoup.


E ava.                                                                   Piper-inebrians.


Ils boivent le jus exprimé de cette plante pour s'enivrer.


E to.                                                                  Saccharum-dulcis.


Ils ne font pas de sucre à partir de cette canne mais se contentent de la sucer pour en faire sortir le jus.


E mohoo.                                                               Cyperus-alatus.


Les tiges de cette plante, débarrassées de leur pulpe à l'aide d'un coquillage coupant, font une sorte de fil qui sert à plusieurs usages courants.


Taihinnoo                                                            Tournefortia-sericea.                                                                                                                  
E tow                                                                     Cordia- sebestena.


Les feuilles de ces deux plantes font partie des ingrédients de la teinture rouge, ou mattee, utilisée pour leur étoffe.


E marra.                                                                        Nauclea-orientalis.


Du bois de cet arbre, ils font leurs grandes pirogues.


E teea-ree.                                                                     Gardenia-florida.


Celle-ci fut à l'origine apportée à Otaheite d'une autre île et plantée en raison de sa fleur si parfumée qu'ils cueillent dès qu'elle pousse pour la mettre à l'oreille, l'appelant e teea-ree, c'est-à-dire, la fleur par excellence.


Taowdeehaow.                                                               Convolvulus-alatus.


Ils donnent les tiges de cette plante à sucer aux jeunes enfants.


E oomarra,                                                                   Convolvulus-chrysorizus.


Planté et cultivé par les indigènes en raison de sa racine (footnote) qui est la patate douce des îles des mers du Sud.


Pohooe.                                                                  Convolvulus-Brasiliensis


De cette plante, ils font une sorte de senne qu'ils utilisent dans des fonds où ils ne peuvent en utiliser d'autres.


E maireeo.                                                                    Galaxa-oppositi-folia.


La feuille de cette plante fait partie des ingrédients de leur manoe.


E deva, ou E reva                                                                   Galaxa-sparsa.


Cette plante a une très jolie grosse fleur blanche comme celle d'un oléandre.  Du bois de cet arbre, ils font leur pahaoos ou tambours.


E booa, ou E pooa                                                        Solanum-latifolium.


Ils utilisent les feuilles de cette plante dans la fabrication de leur teinture rouge ou mattee.


Pouraheitee.                                                                       Solanum-viride.


Les feuilles de cette plante,  une fois cuites, sont mangées en tant que légume vert.


E nono.                                                                         Morinda-citri-folia.                   


Ils utilisent la racine de cet arbre pour teindre leurs vêtements en jaune et en mangent le fruit.


E tee.                                                                         Draccana-terminalis.


De cette plante, il y a cinq sortes différentes, donnant une grosse racine qui est mangée et considérée un très bon mets par les insulaires des mers du Sud.


Tootaoopa.                                                                     Loranthus-stelis.


Cette plante n'a de remarquable que son nom qui signifie Oopa, ou crottes de pigeon ; cet oiseau se nourrit de ses baies et évacue les noyaux sur le tronc des arbres, où elle pousse.


E peea.                                                                          Chaitea-tacca.


La racine de cette plante, correctement préparée, fait une excellente gelée épaisse, comme du blanc-manger, de la nature du tapioca, pour laquelle elle est très justement admirée par les habitants de ces îles.


Tawhannoo                                                                   Guettarda-speciosa. 


Le bois de cet arbre, qui devient assez grand à Toopbai et sur d'autres îles basses près d'Otaheite, sert à fabriquer des tabourets, chaises, bols à pâte et autres ustensiles ; ils en font aussi des pirogues.


E awaow.                                                                        Daphne-capitata.


Cette plante est utilisée pour empoisonner les poissons afin de les attraper ; à cet usage, ils la broient ou l'écrasent et la jettent dans les rivières et dans la mer à l'intérieur des récifs.


E owhe.                                                                      Arundo-bambos.                            


C'est le bambou commun dont ces insulaires font grand usage ; ils gardent les gros entre-noeuds pour y mettre de l'eau et de l'huile; dans les petits, ils font des flèches, des flûtes et des étuis pour contenir des petites choses ; coupé en tranches, ils s'en servent comme couteaux qui coupent passablement bien.


E motoo.                                                                 Melastoma-malabathrica.


Cette plante fait partie de celles qu'ils suspendent sur leur whatta-note-toobapaow, ou plate-forme funéraire, pour que l'âme du défunt les mange.


E hee, ou E ratta.                                                        Aniotum-sagiserum.


C'est un grand arbre majestueux qui donne un fruit rond et plat, recouvert d'une écorce épaisse et dure et qui, une fois cuit et la peau enlevée, est aussi bon à manger qu'une châtaigne.


E avee.                                                                       Spondias-dulcis.


C'est un grand arbre majestueux qui atteint souvent une hauteur de quarante ou cinquante pieds: le fruit qui, je le crois, n'existe que dans ces îles est de forme ovale, jaune à maturité, et pousse en grappes de quatre ou cinq ; il a la taille d'une pomme moyenne avec un gros noyau filandreux. C'est un fruit très sain et bon à manger dont le goût s'améliore en le mangeant et ressemble surtout à celui de la mangue ; il est fortement  imprégné de térébenthine et, vert, fait de très bonnes tourtes. Le bois sert à faire des pirogues et à plusieurs autres usages.


Pouraoo, et epooataroorroo.                                        Crataeva-frondosa.


Ils déposent le fruit de cet arbuste sur leurs cadavres et le suspendent sur leur whattas funéraires, car il a une odeur âcre agréable ; il fait partie des plantes consacrées à leur dieu Tane et pour cette raison, il est généralement planté dans ou à côté des petits morais, appelés morai roma Tane, qui sont des sortes d'autels près des maisons sur lesquels ils font des offrandes de victuailles.


E peereepeeree.                                                 Euphorbia-develata.


Cette plante contient un jus laiteux avec lequel ils teignent leurs vêtements d'une couleur marron quelconque.


E aowiree.                                                          Terminalia-glabrata.


Cet arbre, qui atteint une taille importante, est souvent planté dans leurs morais et près de leurs maisons, en raison de son agréable ombrage ; le bois sert à construire des pirogues, fabriquer des malles, des tabourets et des tambours ; l'amande de la noix qui se trouve dans le fruit, bien que petite, possède un goût très  plaisant. 

   
E ratta, ou e pooratta.                                              Metrosideros-spectabilis.


Cet arbre, ou arbuste, poussent sur les tooaroa, ou les versants inférieurs des montagnes. Il est très fréquenté par le venee, ou petit perroquet bleu, qui se nourrit des fleurs et s'y fait souvent piéger, du fait d'un jus collant qui s'écoule du haut des tiges lorsqu'elles sont cassées par l'oiseau pendant qu'il se nourrit et qui l'attrape comme de la glu. Les fleurs sont pleines de belles étamines écarlates ; les naturels les mettent à l'oreille en tant que parure et ils ajoutent les feuilles à leur monoe, quand ils ne peuvent se procurer quelque chose de plus parfumé.


E arrarooa.                                                                        Psidium-myrtifolium


Le seul usage qu'ils font de cet arbre, qui a une fleur comme un myrte, est pour la fabrication de leurs totos, ou massues, et de leurs ewhas, ou une sorte de lance, car il est très dur; ils l'appellent un eraow paree, ou l'arbre malin.


E heiya.                                                                        Eugenia-mallaccensis.


Cet arbre, qui pousse sur les versants inférieurs des montagnes, a de grosses grappes de fleurs pourpres, pleines d'étamines de la même couleur, très semblables à la fleur d'amandier, mais plus brillantes ; le fruit, à maturité, est rouge et grand comme le poing; sucré, très agréable au palais, et plein de graines : il est très connu dans les îles des Indes orientales où il est considéré un fruit délicieux.


Tamanno.                                                              Calophyllum-inophyllum.                                                                                                       
C'est un arbre très beau et verdoyant, qui atteint une taille importante et porte des hampes de fleurs blanches ; avec le jus du fruit et des feuilles, ils teignent leurs vêtements en jaune pâle, ce qui leur donne en même temps un riche parfum. Le bois est très prisé par les naturels en raison de sa beauté et de sa durabilité. Ils en font des pirogues, des tabourets et d'autres ustensiles : il est le plus souvent planté dans les morais, car il est dédié à leur dieu Tane.


E poo-aiho.                                                                  Saccharum-fatuum.


Pour attirer les poissons au bord des récifs la nuit, ils portent à la main des faisceaux de cette herbe embrasés.


E attoorree.                                                                    Portulacca-lutea.


Cette sorte de pourpier est très commune sur les îles basses où les habitants la font cuire et la mangent, la considérant un très bon mets.


E hootoo                                                                       Betonica-splendida.


Ce bel arbre atteint une hauteur considérable et porte une très grosse et spécieuse fleur blanche, pleine de longues étamines pourpres, dont ils se parent parfois la tête et qu'ils mettent parfois à l'oreille : ils jettent le fruit, réduit en poudre, dans l'eau pour tuer les poissons; et avec le bois, ils font de petites pirogues.


E pooamattapeepee.                                                         Besleria-laurifolia.  


La fleur de cet arbre est très admirée en raison de son doux parfum ; c'est pour cela qu'ils la mettent à l'oreille et dans les cheveux, parmi leurs vêtements et dans leur monoe.  Du bois, très dur et résistant, ils font des tambours et les bancs de nage de leurs pirogues.


E neearohettee.                                         Stachys-dentata, ou ruellia-fragrans.


Le jus de cette plante, mélangé avec celui de plusieurs autres, est utilisé en tant qu'emplâtre pour guérir toutes sortes de plaies.


E noonanoona.                                                        Boerhavia-procumbens.


On mange les tiges de cette plante lorsqu'il n'y a pas de meilleurs aliments.


E ava-vaidai.                                                                         Piper-latifolium.


Le jus de cette plante ne possède pas la propriété enivrante de l'autre, de sorte qu'ils en font une offrande judicieuse à leurs eatooa en en suspendant des grappes sur leurs autels.


E pooraow.                                                                  Hibiscus-cuspidatus.


L'écorce de cet arbre fournit un matériau excellent pour fabriquer toutes sortes de ficelles, de cordes et de cordages. Du bois, ils font leurs arcs, les poutres et les poteaux de leurs maisons, de petites pirogues, des tabourets et d'autres ustensiles. De l'écorce de la plante, lorsqu'elle est jeune, ils tressent un genre de natte qui est très joli et porte le même nom que l'arbre. Comme il est très léger, le bois qui reste une fois l'écorce enlevée remplace le liège pour faire flotter leurs sennes et pour les manches de leurs foènes ; de plus, ils frottent deux morceaux l'un contre l'autre pour faire du feu.


E pooraow-toro-ceree.                                                        Hibiscus- tricuspis.


Cette plante ressemble beaucoup à la dernière et elle sert aux mêmes usages, mais elle est d'une qualité inférieure.


E aiowte.                                                                        Hibiscus-rosa-sinensis.


Cet arbre est admiré en raison de sa belle fleur écarlate dont les jeunes gens se font des guirlandes pour les cheveux, se la mettent à l'oreille et en frottent leurs lances pour leur donner un aspect rouge.


E wawei.                                                                          Gossipium-religiosum.


C'est une espèce de coton dont ils n'ont pas encore découvert l'usage.


E meerio.                                                                             Thespesia-populnea.


Etant dédié à Tane, ce bel arbre est planté dans tous les morais : ils s'en servent aussi comme emblème de paix et le tiennent toujours à la main lorsqu'ils viennent à la rencontre d'étrangers. Il fournit un bois de qualité moyenne et sert à plusieurs usages.                                                                     

   
E peereeperee.                                                                            Urena-lobata.


Les graines de cette plante sont un genre de bardane, d'où son nom qui veut dire se colle à tout. Les garçons jouent les mêmes tours avec elles que les enfants en Europe avec la bardane. Ils font aussi des maro, ou une sorte de natte, avec l'écorce.


Berdeebeedeeo.                                                                        Abrus-pricatorius.


La graine de cette plante est le bien connu pois indien à la tache noire ; ils en font des pendants d'oreille et les fichent aussi dans un bandeau qu'ils portent à la tête.


E atai, erythoina.                                                                      Corallodendron.


C'est un grand arbre, remarquable pour sa fleur écarlate vif qui est de toute beauté.  Le venee se nourrit de ses fleurs et se fait piéger dans le jus gluant qui en écoule ; les femmes en font des guirlandes et les mettent autour de la tête.

 

   E owhaee.                                                                       Aeschynomene-speciosa.
Cet arbuste pousse à l'état sauvage, en grande abondance, sur l'île de Toopbai ; on

le plante sur les autres îles pour ombrager les maisons ; ils mettent souvent sa fleur, qui est très belle, à l'oreille.


E hora.                                                                                  Galega-piscatoria.   


Avec cette plante, finement broyée et jetée dans l'eau, ils empoisonnent ou endorment les poissons afin de les attraper.


E peepee.                                                                             Phaseolus-amaenus.


Les tiges de cette plante font un très bon fil pour tresser des filets et des sennes.  De ses fleurs, qui sont très jolies, ils font des guirlandes pour la tête.


E vaeenoo.                                                                                 Cotula-bicolor     
E tooho                                                                                    Epipactis-purpurea


Ces deux plantes, écrasées, font partie des ingrédients de leur erapaow-mai ou emplâtre pour les plaies.


Taro                                                                                         Arum esculentum.


Les racines de cette plante, dont il existe plusieurs variétés, sont aussi bonnes que des ignames et sont considérées un mets très sain, courant dans les îles des mers du Sud.  Les feuilles, une fois cuites, ont aussi bon goût que les légumes verts.


E ape                                                                                            Arum-costatum.


Les racines de cette plante sont aussi bonnes que celles de la dernière, mais beaucoup plus grosses; les feuilles, qui sont très lisses et extrêmement grandes, sont utilisées pour poser toutes sortes de victuailles dessus ou pour les envelopper.


E toa-casuarina.                                                                             Equisetifolia.


C'est l'un des meilleurs bois qu'ils ont ; il est très dur et lourd et de la couleur de l'acajou. Ils en font leurs massues, lances, battoirs à étoffe et plusieurs autres bibelots et ustensiles.


Tooneenna.                                                                             Hernandia-ovigera.


Du bois de cet arbre, ils font une sorte de toute petite pirogue et plusieurs autres ustensiles nécessaires.


E hooe-rorro.                                                                         Cucurbita-pruriens.

 

Le fruit de cet arbre est à peu près de la taille d'une petite orange, très dur et parfaitement rond et ils l'utilisent à la place de bouteilles, pour y mettre leur monoe ou huile.


Moemoe                                                                              Phyllanthus –anceps.


La seule chose remarquable chez cette plante, ce sont les feuilles qui se ferment la nuit, d'où son nom qui signifie somnolent.


E aowte.                                                                             Morus-papyriferus.


C'est l'arbuste dont ils font leur plus fine et plus belle étoffe ; il est probablement le même que celui utilisé en Chine pour faire du papier. Ils ne le laissent jamais vieillir mais le coupent dès qu'il atteint environ la hauteur d'un homme, enlevant l'écorce et la mettant à tremper dans l'eau. Ils en fabriquent une étoffe épaisse ou fine selon leur envie. Ils le plantent dans des planches de terre et le cultivent avec beaucoup de soin.


E roa.                                                 Urtica-argentea, ou Urtica-candicans.                                                                              
Des tiges de cette ortie, écrasées, ils font les meilleures lignes pour leurs hameçons; elles possèdent la propriété d'être imputrescibles dans l'eau de mer ; ils en font aussi des ceintures, mais très rarement des vêtements; leurs meilleures sennes en sont faites aussi.


E tootooe.                                                                        Telopaea-perspicua.                                                                                                        
De l'écorce de cet arbre, trempée dans l'eau, ils fabriquent cette substance gluante qu'ils mettent sur leur étoffe de couleur foncée pour la faire briller et pour empêcher la pluie de la traverser. Le fruit de cet arbre est une sorte de noix, qui donne une très grosse amande dont ils font leur teinture noire, utilisée pour le tatouage, en la brûlant et en recueillant la fumée.  Enfilées sur un jonc ou un bâton, elles servent de bougies et donnent une très bonne lumière.


E ooroo.                                                                                    Sitodium-altile.


Cet arbre, qui donne le fruit à pain si souvent mentionné par les voyageurs dans les mers du Sud, peut à juste titre être appelé le soutien de la vie de ces insulaires car ils en tirent la plupart de leur moyens de subsistance. Cet arbre atteint une hauteur de trente ou quarante pieds, a de grandes feuilles palmées d'un vert gazon intense sur le dessus mais plus pâle en-dessous ; il porte des fleurs mâles et femelles qui sortent seules en bas ou à la jointure de chaque feuille. La fleur mâle se fâne et tombe ; la femelle, ou la grappe de fleurs femelles, enfle et donne le fruit, qui souvent pèse entre trois et quatre livres et, à maturité, est souvent aussi gros qu'une tête d'homme. Il est de couleur vert ; la peau est divisée en sections polygonales ; la forme générale est un peu plus longue que ronde. A l'intérieur, il est blanc avec un noyau assez important. Le fruit, comme toute la plante, contient un jus blanc et gluant qui s'écoule en abondance de toute partie coupée. Cet arbre prospère dans un sol riche et pousse rarement, voire jamais, sur les îles basses ; il est  très beau à voir, d'une belle verdure, bien fourni en feuilles, portant une quantité énorme de fruits qui semblent suspendus en grappes et, du fait  de leur grand poids, font ployer les branches ; il donne des fruits pendant une grande partie de l'année. Il en existe plusieurs sortes, plus ou moins grandes, qui sont bonnes à cueillir à différentes saisons. On les cueille généralement avant maturité, à l'aide d'un long bâton avec une fourche au bout prévu à cet usage; avant de les faire cuire, on enlève toute l'écorce à l'aide d'un coquillage ;  ensuite, lorsqu'ils sont grands, on les coupe en quatre. Une fois un four préparé dans la terre et contenant des pierres chaudes, on pose les fruits sur celles-ci préalablement recouvertes d'une couche de feuilles ; ensuite on en ajoute une deuxième couche suivie d'autres pierres chaudes avant de fermer le tout avec de la terre bien tassée. Deux ou trois heures plus tard, ils sont cuits. Le fruit paraît à ce moment-là très appétissant, plus encore que le meilleur pain que j'aie jamais vu ; l'intérieur est très blanc et l'extérieur d'un brun pâle ; il a un goût très farineux et c'est peut-être le plus agréable et le meilleur succédané du pain jamais encore connu et, en bien des égards, il le surpasse. Ainsi cuit, il ne se garde que trois ou quatre jours. Pour le conserver, ils utilisent un autre procédé : ils prennent le fruit cuit, enlèvent tous les pépins et, à l'aide d'un pilon en pierre, l'écrasent dans un grand bol ou bac en bois. Ils mettent cette pulpe dans un trou creusé dans le sol et tapissé de feuilles ; celui-ci est  bien refermé et le fruit laissé le temps qu'il faut pour qu'il fermente et devienne aigre ; à ce moment-là, ils l'enlèvent et en font des petits pains qu'ils enveloppent de feuilles et, ainsi préparé, ils le font cuire et l'appellent mahe. Il se garde plusieurs mois et il est mangé quand le fruit à pain n'est pas de saison et emporté en mer. Ils en font aussi plusieurs sortes de pâte, comme le pepe, poopoee, &c. dont ils se servent dans leurs repas.  Les feuilles de cet arbre sont très utiles pour envelopper les poissons et d'autres comestibles lorsqu'on les met à cuire au four. Avec le bois, ils construisent des pirogues et font d'autres sortes d'ustensiles ; de l'écorce de plants qu'ils cultivent exprès, ils font une très bonne étoffe qui n'est guère inférieure à celle fabriquée à partir du eaowte, seulement un peu plus rugueuse et dure.


E awharra.                                                                        Pandanus-tectorius.


Cet arbre pousse en général sur les buttes sablonneuses près du rivage et se trouve en grande abondance sur toutes les îles basses. Les feuilles sont longues, comme celle de la laîche, dentelées sur les bords ; les fleurs sont mâles et femelles et poussent sur des arbres différents ; les fleurs mâles sentent très bon et, des bractées, qui sont blanches, ils font une sorte de guirlande pour mettre autour de la tête. Le fruit est de couleur orange et gros comme une tête d'homme, consistant en un ensemble de petits cônes, comme ceux de l'ananas, auquel il ressemble beaucoup ; lorsqu'on suce la base de ces cônes à pleine maturité, ils ont un goût insipide et douceâtre ; les enfants les mangent. Mais ce sont surtout les feuilles de cet arbre qui sont utilisées ; cueillies et séchées, elles font une excellente couverture pour le toit de leurs maisons et différentes sortes de nattes et de paniers. C'est le palmier nain des voyageurs orientaux.


E mattee.                                                                                      Ficus-tinctoria.


Les figues de cet arbre sont un des principaux ingrédients de la teinture rouge utilisée pour leurs vêtements: lors de l'emploi, ils coupent ou, avec les dents, arrachent la tige près du fruit et une petite goutte de jus laiteux s'en écoule ; ils secouent celle-ci pour qu'elle tombe sur les feuilles de tow utilisées dans cette teinture, ou bien dans une coque de noix de coco, avec un peu d'eau ou de lait de coco; ensuite ils trempent les feuilles dedans et les roulent pour former un petit paquet qu'ils malaxent ou écrasent entre la paume et les doigts jusqu'à ce que le mélange des deux jus produise la couleur rouge. Mais ce qui est très étrange est que si on broie ces feuilles dans un mortier et qu'on mélange le jus exprimé avec le lait de figue, elles ne produisent pas la même couleur. De l'écorce de cet arbre, on fait une très bonne ficelle dont on se sert surtout pour faire des sennes et d'autres filets.


E aowa.                                                                                         Ficus-prolixa.          

               
Cette arbre est remarquable pour son tronc, qui atteint une taille énorme, en raison des branches qui en descendent et s'enracinent de nouveau, ce qui lui donne une forme très bizarre. De l'écorce de plants cultivés exprès, ils font une sorte d'étoffe, d'un ton naturellement roussâtre, qu'ils appellent ora, car elle est portée le matin, et à laquelle ils attachent une grande valeur, surtout à celle qui est battue jusqu'à devenir très fine et mince.


E toee.                                                                               Zezyphoides-argentea. 


Ils se servent du bois de cet arbre pour plusieurs usages, pour les poupes de leurs pirogues, pour les bordages de ces dernières et pour les planches sur lesquelles ils battent leur étoffe.


E apeeree.                                                                         Dodonaea-viscosa.


Le bois de cet arbre, qui est très dur, sert à fabriquer une arme particulière qu'ils portent à la main lorsqu'ils plongent pour chasser le requin et d'autres gros poissons.


E tive.                                                                 Dracontium-polyphyllum.


Sa racine est utilisée pour faire une gelée comme le peea, mais elle est loin d'être aussi bonne.


Meiya.                                                                          Musa-paradisaica.


C'est le fruit tropical bien connu appelé plantain, et banane, dont il existe une grande variété dans ces îles : on estime qu'il y en a plus de vingt sortes, de formes et de goûts différents. Certaines sont à manger crues, d'autres meilleures bouillies et elles peuvent servir de pain ; ils les plantent dans une terre riche et les cultivent avec beaucoup de soin.


Faihe.                                                                                          Musa-bihai.


C'est une autre sorte de plantain, qui pousse en général à l'état sauvage dans la montagne et qu'ils plantent quelquefois ; elle est bien inférieure à la dernière, a une forte astringence et est meilleure mangée bouillie ou rôtie. Il en existe quatre sortes différentes, et les feuilles de celle-ci et de la précédente sont utilisées pour  poser des victuailles dessus ; l'écorce du tronc sert à faire une sorte de panier appelée papa-meiya.


E aree.                                                                                        Coccus-nucifer.


Ce palmier, dont le fruit est si connu dans tous les lieux situés entre les tropiques, semble être un natif de ces îles, se trouvant partout en grande abondance et à la plus haute perfection, surtout sur les deux îles basses qu'ils appellent motoo. Il y en a beaucoup d'inhabitées où l'on se rend pour les noix de cocos qui atteignent une très grande taille sur ces îles. Ces arbres aiment un sol sablonneux et viennent bien près du rivage en bas des versants montagneux; ceux-ci sont plus petits et se développent plus lentement ; ils commencent à porter des fruits lorsqu'ils atteignent environ dix pieds et en donnent plusieurs fois dans l'année, continuant à croître jusqu'à ce qu'ils soient tellement grands qu'ils dépassent de loin tous les autres arbres. Toutes les feuilles poussent au sommet, d'où pend le fruit en plusieurs grappes de vingt ou trente, tellement lourdes qu'il est étonnant que les tiges si minces de cet arbre puissent les supporter; lorsqu'ils décident d'en cueillir pour une utilisation immédiate, ils font monter un garçon qui s'attache les pieds avec une ficelle et grimpe au sommet avec une grande facilité. Une fois là-haut, il les vrille pour les enlever de la tige puis les jette en bas, en prenant soin de les faire tourner d'abord, sinon, de si haut, ils tomberaient au sol avec une telle violence qu'ils se fendraient et perdraient tout leur liquide. Quand ils décident de prendre toute la grappe, ils la coupent et la font descendre à l'aide d'une corde ; pour les ouvrir lorsqu'ils veulent les utiliser toute de suite, ils se servent de leurs dents pour arracher la bourre extérieure puis cassent la coque avec une pierre ; mais quand ils en ont beaucoup à ouvrir, ils le font sur un bâton pointu, fiché dans le sol à cet usage.  Certaines sortes de noix de coco ne se gardent pas du tout ; d'autres sortes, cueillies à maturité, et bien séchées et traitées, resteront bonnes pendant une année entière : sur ces racemi, ou grappes, il y a en même temps des fruits mûrs, ceux qui sont à moitié mûrs et d'autres où l'amande commencent tout juste à se former. Les utilisations de cet arbre sont multiples chez les insulaires des mers du Sud : le fruit, à moitié mûr, donne environ entre une pinte et un quart de l'un des liquides les plus rafraîchissants et les plus agréables dans la nature ; ils ajoutent souvent ce breuvage délicieux à leurs pâtes et puddings, et aiment beaucoup se rincer la bouche et les mains avec une petite quantité. La coque est, à ce moment-là, très molle et elle est souvent mangée avec un peu d'écorce, mais pas en grosses quantités car elle a tendance à entraîner la constipation ; à mesure que le fruit mûrit, le lait s'épaissit, devient plus savoureux et petit à petit disparaît ; l'amande commence à se former autour, comme une gelée blanche et transparente; elle est très bonne à manger à ce stade. Mûre, l'amande est blanche et dure, épaisse d'environ un demi pouce, et aussi délicieuse à manger qu'un bon fruit à coque ; mais le liquide est très médiocre et ne tarde pas à disparaître entièrement. De l'amande ils font deux sortes de puddings, appelées poe et etooo, qu'une fois cuites, ils mangent seules ; ils en font aussi une sauce pour le poisson, appelée taiyero, en trempant l'amande dans de l'eau de mer et la secouant souvent jusqu'à ce qu'elle soit presque dissoute. Mais la majeure partie est utilisée pour faire du monoe, ou de l'huile, pour oindre leur cheveux ; à cet usage, ils grattent l'amande très finement puis la mettent dans un bac ou un bol en bois, la recouvrent et la mettent à l'ombre. Au fur et à mesure que l'huile s'accumule sur les bords, ils la recueillent avec un coquillage et la mettent dans une calebasse pour utilisation ; elle sent très fort, c'est pour cela qu'ils mettent des plantes et des bois parfumés dedans ; mais elle a quand-même une odeur très lourde et a tendance à provoquer des maux de tête chez un Européen. Ils utilisent les coques comme tasses pour boire, comme récipients pour contenir l'eau et pour mettre leurs victuailles ; pour cet usage, ils les frottent avec du corail afin de les rendre lisses. La coque des fruits mûrs est noire et les autres d'un blanc brunâtre ; de l'écorce extérieure, après l'avoir trempée dans de l'eau et bien battue, ils tirent des fils qui sont imputrescibles dans l'eau de mer avec lesquels ils fabriquent différentes tresses pour leurs ceintures, les attaches de leurs flûtes et les sangles de leurs calebasses ; ils utilisent aussi ce matériau pour calfater leurs pirogues ; aux Indes orientales, on en fait des câbles. Avec les feuilles, ils font des bonnets et des paniers pour mettre leurs fruits à pain et leurs pommes; avec le liber des jeunes feuilles, qui sont très minces et transparentes, ils font de petits bouquets avec lesquels ils se parent les cheveux. La peau brune qui recouvre la feuille avant qu'elle ne s'ouvre sert aussi à différents usages et le bois de cet arbre répond très bien à tous les usages courants.


E papa.


Des feuilles de cet arbre, qui sont très blanches et brillantes une fois séchées, ils fabriquent leurs nattes evanne, très admirées pour leur beauté.


E howira.


Celui-ci pousse principalement sur les îles basses; des feuilles fendues, ils fabriquent leurs meilleures nattes qu'ils portent en tant que vêtements et sur lesquelles ils s'assoient ou dorment.


E yeiyei.


Cette plante est de la nature de l'osier; ils utilisent ses tiges pour tresser leurs paniers ronds, qu'ils appellent heenei et dans lesquels ils gardent leurs victuailles et tous leurs ustensiles.

Doodooe-awai & Oheparra.


Avec ceux-ci, ils teignent leur poowhirre, ou étoffe brune.

Patarra.


Une racine comestible que je n'ai pas vue.


E nioee.


Un beau fruit comestible, de couleur rouge, que je n'ai pas vu.


E apatahei.


Une fleur élégante que je n'ai pas vue non plus.


Oowhe note Maowa.                                                     Dioscorea-alata.


Cette plante produit la racine si bien connue sous le nom d'igname partout dans les Indes orientales et occidentales : ils en ont plusieurs sortes mais celle qui pousse à la montagne est la meilleure.


E nahae.


C'est une fougère qui sent extraordinairement bon et, pour cette raison, les gens supérieurs l'utilisent pour dormir dessus.

                                                              E ahei.


Le bois de cet arbre a un parfum très riche et savoureux ; il est de couleur jaune et constitue le principal ingrédient utilisé pour parfumer leur monoe ; il est râpé très fin et mis à tremper dedans; comme il est très rare, il est fort recherché chez eux. Nous ne vîmes jamais cet arbre, mais on nous dit qu'il poussait à la montagne. Ils ont d'autres végétaux avec lesquels ils parfument leur monoe, de même que leur étoffe : leurs noms sont pooeva, maiteeraow, annee, noonna, ehaee, amea et matehooa.
E atoo.
Une plante dont ils font les nattes qui servent de vêtements.

 

 

 

UN VOCABULAIRE DE LA LANGUE D'OTAHEITE.

 

Aree

Un chef

To aree

Un chef secondaire

Toomeite

Un officier supérieur

Taowaa

Un prêtre

Eiya

Une sentinelle

Tootuai

Un marchand

Teine

Un serviteur ou vassal

Tatta maowrees

Un pauvre qui gagne sa vie en travaillant, comme pêcheur

Taow taow

Un domestique

Tata

Des gens

Midee

Un enfant

Earee

Un garçon

Aheine

Une femme

Mituatane

Père

Mituaheine

Mère

Tooboonah

Un grand-père

Teine

Un frère

Tooaheine

Une sœur

Tooanah

Un frère aîné ou une sœur aînée

Teine

Un frère cadet ou une sœur cadette

Tane

Un mari

Huaheine

Une épouse

Eeapeettee, taowa ou tyau

Un ami

Midya

Une veuve

Opareemo

Un squelette ou des os

Eeree

La chair

Ewey, ou aee

La peau

Matee

Du sang

Ewaowa

Les veines

Eraowroo

Les cheveux

Erowroo

La tête

Eto

Le sommet de la tête

Eboo

Les tempes

Irai

Le front

Matau

Les yeux

Eahoo

Le nez

Paparia

Les joues

Tareeha

Les oreilles

Ewauha

La bouche

Eooto

Les lèvres

Eneeho

Les dents

Treero

La langue

Maomee

La barbe

Eaee

Le cou

Trapooa

Le gosier

Etapona

Les épaules

Erimau

Les mains et les bras

Aiai

Les aisselles

Wateea

Les coudes

Aboorima

Les paumes des mains

Epai

Le pouce

Meyoooo

Les ongles

Eoma

Les seins

Eoo

Les mamelons

Eoboo

Le ventre

Pito

Le nombril

Etooa

Le dos

Etohai

Les hanches

Ehoorai

L'anus

Oowhau

Les cuisses

Etooree

Les genoux

Eawy

Les jambes

Edeai

Le mollet de la jambe

Moa moa

Les chevilles

Etapooai

Le pied

Oütoo

Le talon

Matiyo

Les orteils

Eyaore

Un rat

Eairo

La queue d'un quadrupède

Manoo

Un oiseau

Mato manoo

Un œil d'oiseau

Eneehote manoo

Un bec d'oiseau

E-haow pe

La queue

Maniaow

Les griffes

Erooppe

Un pigeon ou une colombe

Ohaa te manoo

Un nid d'oiseau

Hooira moa

Un œuf

Aa

Un perroquet vert

Veene

Une perruche bleue

Morai

Un canard

Eiya

Un poisson

Ewhai, ou ephai

Une seiche

Ehoome

Un phoque

Ehoona

Une tortue marine

Emahoo

Une peau de requin

Eiyoo

Cuir de requin

Porahaaw

Des crustacés

Mapeehee

Une patelle

E booboo

Un buccin

Aupuhua

Des moules

E rorree

Une actinia ou un pisseur (un insecte marin)

Peeyaow

Une libellule ou demoiselle

Ootoorohonnoo

Une araignée

Oatoo

Un pou

E reemo

Des algues

Ewawaow ou erao

Une feuille

Eramaiya

Une feuille de plantain

Meiya

Des plantains

Meiya epe

Des plantains mûrs

Eaow

Une tige verte et tendre

Epeea

Une tige fibreuse

Ehooai

Une calebasse

Eboo

Une coque de noix de coco

Po-ooroo

L'écorce de l'arbre à pain

Hoora-ooiro

Des fruits

Ooroo

Des fruits à pain

Ooroo epe

Des fruits à pain conservés jusqu'à ce qu'ils soient à moitié pourris, qui sont quand-même bons une fois cuits

Bidibidio

Petits pois rouges indiens

Etoomoo

Le bois

Hanooa

Un genre de bois comme celui du pommier sauvage

Whanooa

La terre

Ewha

Une éclaircie dans le paysage

Maowa

Montagnes et collines

Te Maowa, tei tei

Montagnes escarpées ou perpendiculaires

Orowhaina

Un haut pic d'Otaheite

Hiahia

Terre plate ou plane

E rapao

La boue

E arahow

Les cendres

Owhai

Une pierre

Owhai mamoe

Une pierre douce ou friable

Owhai maowree

Une pierre dure ou siliceuse

Tateiaowra

Un crystal transparent

Wahaa, ou eahei

Le feu

Eahei

La lumière

Avy

L'eau

Earroe

La houle de la mer et le ressac

Oromatooa

L'air ou le souffle

Hiamoorre

Petites risées

Matai

Le vent

Eata

Les nuages

Eohoo

La fumée

Anooa nooa

L'arc-en-ciel

Manaha

Le soleil

Toobatoora

Le soleil couchant

Marama

La lune

Efedeea

Une étoile

Taowruah

La planète Vénus

Nataihieah

La planète Saturne

Eparai

L'horizon

T'Oheetee-otera

L'est

T'Otera

L'ouest

Oapitoaraow

Le nord

Taheaweira

Le sud

A fale

Une maison

E taowteea

Les chevrons d'une maison

E ahaow

Les poutres

E toorroo tooroo

Les poteaux

Kipoo a meemhee

Un pot de chambre

Ebupau

Un tabouret

Tota, alfo Eeno

Un miroir

Mayo

Une petite barrière

Ithee dee

Une image en bois

Eiei

Un maillet pour étoffe

Mahai

Un four pour la cuisson du pain

Oore dehaiya

Un gros clou

Oore oore

Un clou de taille moyenne

Oore eeteea

Un petit clou

Utoi, ou towa

Une hache ou hachette

Itee

Un chasse-mouches

Whata

Des bâtons plantés pour suspendre des paniers

Eitai

Un sac en paille

Edevai

Un sac ajouré

Moean

Des nattes

Iteehahao

Peinture ou teinture rouge

Matee

Teinture rouge pour étoffe

Paee

Un navire

Paee

Une grande pirogue

Ewaha

Une petite pirogue

Ewharraow

Un abri à bateaux

Taoda

Une corde épaisse.

Eaha

Une ligne tressée et le fil pour faire des filets

Ehow

Une ligne de pêche

Oopeia

Une senne

Hobuhoo

Etoffe blanche

Tuorloo

Grosse étoffe blanche

Ahao apau

Fine étoffe beigeâtre

Habau

Fine étoffe beigeâtre aux taches rouges

Poohiree

Etoffe rougeâtre

Ahao ora

Fine étoffe roussâtre

Haowaraia

Etoffe recouverte de gomme

Eiboo

Etoffe faite de vieille étoffe

Pooroaw

Un matériau provenant d'un arbre, comme le chanvre, dont ils font de l'étoffe et des ceintures

Aihoo

Un vêtement

Parawei

Une chemise ou sous-vêtement

Maroa

Un morceau d'étoffe porté autour de la taille

Evane

Un vêtement de nattes fines

Tumataw

Un bonnet

Opaite

Une ceinture de nattes

Tamou

Des couronnes de cheveux humains tressés, auxquelles ils attachent une grande valeur, portées en tant que parures, principalement sur la tête

Poe

Pendants d'oreille

Poe oole oole

Un grain de verre jaune

Poe meedee

Un grain de verre vert

Poe ere ere

Un grain de verre bleu

Ewhahana

Un arc

Eahe

Une flèche

Epanoo

Un tambour

Paraow

Une paire de castagnettes

Vivo

Une flûte

Mama

La bouillie d'un enfant

Poe

Une pâte, ou pudding, faite de racines d'arum 

Peea

Une gelée épaisse, ou pâte, faite de racines d'arum

Mahei

Une sorte de pâte aigre, faite de fruits à pain fermentés

Opepe

Une sorte de pâte

Monoe

L'huile de coco

Toonoah

Un grain de beauté sur la peau

Ehaow

La sueur

Hooare

La salive

Hoope

La morve

Paiya

La graisse

Matairee tona

L'orgelet

Trapaou

Une croûte

Ewhaiwhai

L'éléphantiasis

Eowhaoo

L'hydropisie ascitique

Opeepee

L'engourdissement dans les pieds quand ils dorment

Matte noa

Une mort naturelle

Heiva

Une cérémonie célébrée par les parents du défunt

Poohira

Un lieu ou une résidence

Morai

Un lieu de sépulture

Morino Tootahau

Le lieu de sépulture de Tootahau

Morai natowa

Notre lieu de sépulture

Whata

L'édifice sur lequel ils couchent leurs morts

E peenei

Un écho

E paeena

Le son ou bruit qui forme l'écho

Ahoo

Un pet

Mahana

Un jour

Poa

Une nuit

Po oore

Une nuit sombre

Otaowa

Hier

Aouna

Aujourd'hui

Oboboa

Demain

Obabadura

Le surlendemain

Itopa de mahano

Le coucher du soleil

Otooe te po

Tard la nuit

Hamanee

L'humeur ou la volonté

Tatta te Hamannee maitai

Une personne de bonne composition

Tatta maro

Une personne querelleuse, qui n'admet pas qu'un autre puisse connaître quelque chose  aussi bien que lui

Tatta maowra, & tatta whattaow

Une personne très paresseuse, oisive ou vagabonde

Tatta taowra

Un homme travailleur, aussi un homme actif, intelligent, remuant

Amawhattoo

Une mégère ou criarde

Maheine eawaow

Une ménagère

Niaowniaow

La puanteur d'une carcasse

Ehaowa

Une odeur

Motto & puta

Un trou

Epehe

Un chant

Tetooa

Un titre habituellement donné à leurs femmes de haut rang, bien que toute femme y réponde

Tea

Blanc

Amawhattoo

Travailleur, appliqué

Peeo

Courbé, pliant, tordu, tournant, sinueux

Teeahaowratea

Droit, plat

Epaceya

Lisse

Ananna

Transparent ou clair

Po-eerree

Opaque ou terne

Eawha

Cassant

Orroo,orroo

Souple ou flexible

Eoroee

Finissant en pointe

Oëoë, teres

Long, petit ou mince

Toommoo

Emoussé, le contraire de oëoë

Menne, menne

Epais, court et rond

Tarra tarra

Froissé ou chiffonné

Verra verra

Chaud, appliqué aux victuailles

Marroowhai

Sec

Emaioeeya

Boiteux ou infirme

Oohammama

Ouvert, largement étendu

Ooa-peerree

Fermé, attaché ou collé ensemble

Hoonnehoonne

Enflé

Nooe

Grand, important ou principal

Etee

Petit ou moindre

Ninnoo ninnoo

Juteux

Ewawa

Dur et sec

Oparirree

Renversé ou emporté par le vent

Etooa

Inférieur, dessous

Earo

Supérieur, dessus

Mona

Profond

T'joota

A terre

Whattata

Proche

Oeta

Là-bas ou dehors

Epapa tahei

Simple

Niteeya

Double

Ataowa

Ensemble

Woreede

Volé

Ooapa

Donné

Tei mooa,

Devant

Tei moorree,

Derrière

Tei rotto poo

Au milieu ou entre

Tei rotto

Dedans

Tei wahao

Dehors

Nehaia

Quand

Teiene

En ce moment

T'ena

Ceci

Ehai

Quand, où

Paha

Peut-être, très probablement

No reira

De là-bas

Paraow, pees

Langue ou langage dur ou rude

Paraow teeahaowratea

Langage doux

Paraow ohoommoo

Paroles prononcées doucement ou à voix basse

Paraow tooirro

Paroles prononcées fort ou à haute voix

Taowna

Un mot de grand mépris

Myty

Bon

Maw myty

Bonnes victuailles

Manamanatey

Très bon ou sucré

Eena

Moyen ou médiocre

Porai

Parler

Meetee, & ehioee

Embrasser

Woradee

Etre en colère

Mataow

Etre vexé ou indisposé

Eawow

Gronder

Emoto

Boxer ou se battre

Mareere

Avoir froid

Eporiree

Avoir faim

Eei

Manger

Eotte

Sucer

Norothoe de adee t'avai

Boire de l'eau de coco

Amama

Bailler

Iraowai

Somnoler, sommeiller ou avoir sommeil

Matte roaha

Mourir ou être mort

Edoodoo

Fabriquer de l'étoffe

Eaow

Nager

Toobaipai

Taper

Toataow

Jeter l'ancre

Heapoonne

Entourer ou encercler

Ooawhewhe

Emmêler

Ehoote te Oops

Tirer quelqu'un par les cheveux

Eninnei

Serrer ou étreindre quelqu'un

Pattoe

Coudoyer ou secouer quelqu'un

Ewhattoe

Pousser ou bousculer quelqu'un

Oomohaoo,

Rentrer ou foncer dans quelqu'un

Taweerree

Tortiller ou faire tournoyer quelque chose ; essorer ; aussi arracher ou cueillir des noix de coco en les vrillant

Hiaree

Cueillir ou ramasser des fruits

Taowra

Tresser, fabriquer une corde ou une ligne

Eaee niea te matto

Escalader des rochers

Epee niea

Monter à l'aide d'une corde

Tirai te pahee

Construire ou faire un navire, ou une grande pirogue

Whainaow

Engendrer

Eeraira

Sauter ou sauter par-dessus

Eheeya

Chuter

Etoorai

Jeter ou pousser par terre

Emairoo

Piquer

Ephaow

Sentir mauvais

Eooma

Pincer

Tootooa

Cracher

Eetoo

Se tenir debout

Ehehe

Bourdonner comme une mouche

Meamea, & erea eriea

Se rétracter ou frémir devant quelque chose

Airaree

Voler

Emaow

Coller ou adhérer à quelque chose

Taimoradee

Chanceler

Eho

Acheter, échanger ou faire du troc.

Mahooaheennee

Dépendre de

Etoo

Baisser ou poser par terre

Eama

Porter sur les épaules

Madaidai

Regarder, manipuler ou toucher ; examiner

Epa

Donner

Evaha

Etre porté pour traverser l'eau

Mayneenee, ou myneerea

Chatouiller

Itopa

Tomber

A wharr awai

Aller ou disparaître

Wahoee & ehaoe

Se retourner ou revenir

Eheero harre ehoe

Aller et venir

Tooiro

Crier ou appeler quelqu'un à grands cris

Aiwee

Comprendre; écouter ou prêter l'oreille

Ewharo

Croire

Emaro

Ne pas croire

Hoona haownna

Nier ou ne pas croire

Ewa ou ooai

Il pleut

Eoeffra

Il y a des éclairs

Patiree

Il tonne

Whaow whaow,

Il pue

Eho mai, & harre mai

Venez à moi

Ehoee mai

Pagayez jusqu'à moi

Paraow mai

Parlez-moi

Aremina

Venez avec moi

Eeyaha, ou Ihaya

Allez-vous-en ou partez

Hareioota

Allez là-bas

Harenaow

Venez-vous avec moi?

Ara mai

Suivez-moi ou venez ici

Atira

Arrêtez

Area

Restez

Parahei

Asseyez-vous

Ainao

Faîtes attention

Eeyo ou tirara

Regardez

Titara

Laissez-moi voir ou montrez-moi

Mamoo

Tenez votre langue

Tehai

Où est-il?

Oewai

Comment vous appelez-vous?

Noa oie tehai

Où est telle personne?

Harehiea

Où allez-vous?

Wahoee

Qu'est-ce que c'est?

T'ahoe t'eha

De quoi est fait ce vêtement?

Eha

Comment? ou Que dîtes-vous?

Eha t'oe, tirree eetee

Que voulez-vous prendre?

Tai poe etee noow

Je vous prie, donnez-moi un petit grain de verre.

Ooateea te tirre n'oe

Vous aurez ce que vous voulez.

Eaoowha te matai

Le vent a tourné.

Mate

Ma maladie

Neeheeo

Bonne nuit

Waow

Je

Naow

Moi-même

Tooanahoe & tooanahahow

Vous et moi

Nat'owa

Le nôtre

Potohe

D'abord

Aiba, aim, aipa, aita, & aiya

Sont tous des négatifs et prononcés avec la langue un peu sortie de la bouche

Nata

Un article qui signifie de

Taipara, tideo, tidoo

Mots utilisés dans leurs chansons

 

 

 

Une CHANSON OTAHEITIENNE.

 

   TAOWDEE waow, tetatta waow, t'eva heinea waow, te tane a waow, teina ye waow, e tottee era waow, e moo era waow, e pai era waow, e tei moore era waow, e tei whattee era waow, e tei niea era waow, e doo doo wai too mahioee, tootromaoo tooaipai toowaiwhatta too te whaine toota pea tooaimooa e tootre deeree too wai doeo.

 

 

NOMS D'HOMMES.

Arabo

Teetee

Tooaoo

Oaiyo

Tiaree

Toobaiah

Obade

Tirooduah

Toobairoo

Otapairoo
Otee

Tirooroo

Toopuah

 

 

NOMS DE FEMMES.

 

Aidada

Matai Irowhoa

Oteateah

Deaiyo

Otapairoo

Tirahaow diea

 

 

Noms des îles près d'Otaheite.

 

Aiteah

Maowrooah

Tabuahmanoo

Atiarabo

Matea

Taha

Bola-bola

Mopipahau

Taheeree

Eimayo

Oheiteroah

Tetiroah

Huaheine

Onooahaora

Toopbai

Maitoo

Otahau

Yoolee-Etea

 

                                                    

NUMERATION.

 

Tohe

Un

Roo

Deux

Torhoo

Trois

Ha

Quatre

Illemei

Cinq

Whaine

Six

Hitoo

Sept

Walhoo

Huit

Iva

Neuf

Hoolhoo

Dix

Matohe

Onze

Marooa

Douze

Matorhoo

Treize

Maha

Quatorze

Maillemei

Quinze

Mawhaine

Seize

Mahitoo

Dix-sept

Mawalhoo

Dix-huit

Maiva

Dix-neuf

Arooato

Vingt

 

 

REMARQUES  sur la langue otahitienne.

 

   La langue est très douce, ayant un grand nombre de voyelles, diphtongues et triphtongues.

   Chaque mot, pour ainsi dire, commence par une voyelle, qu'en géneral ils ne prononcent pas.

   Elle est aussi très métaphorique, comme je l'ai souvent observé: par exemple matapoa, une personne borgne, qui signifie littéralement l'Oeil de la nuit ou Mataavai, le nom de la baie où nous mouillâmes, signifiant littéralement l'Oeil humide, appellation qui n'est pas inadaptée en raison de la grande quantité de pluie qui tombe dans la baie. Ou encore Tehaia, un nom de femme, qui, enfant, s'était perdue et ses amis se sont promenés en criant tehai?  Ce qui veut dire, Où est-elle?

   Les naturels étaient incapables de répéter après nous, sans grande difficulté, les sons des lettres, Q, X, et Z ; quant à G, K, et S, ils ne purent les prononcer du tout.

   Comme beaucoup de noms portés par les gens de notre vaisseau contenaient le G, K ou S, ils ne purent s'approcher davantage de leurs sons que ce qui suit:

 


Toote   pour  Cook

Mata    pour   Monkhouse.

Opane           Banks

Petrodero       Pickergill

Tolano          Solander

Tate               Clark

Treene          Green.

Poline            Spoving.

Hite              Hicks

Taibe             Stainsby.

Towara         Gore

Patine            Parkinson.

 

   Ils ont plusieurs sons qui leur sont particuliers qu'aucun de nous ne put imiter: ils prononçaient certains comme le B et le L mélangés, d'autres entre le B et le P et entre le T et le D, et certains comme le B h, L h, et D h.

   Quand ils veulent parler de quelque chose de plutôt petit, ils doublent souvent le mot, comme oore oore, un clou assez petit.

 

  Ils doublent également le mot pour le superlatif, comme tea tea, très blanc.

   Mai, placé après le verbe, signifie que l'on vous a fait l'action.

   Mai, ajouté à un adverbe, signifie plusieurs choses, comme mai maroo, un peu doux, ou enclin à être doux.

   Ils ont un cri pour interpeller quelqu'un, qu'il prononce comme ahu!, élevant fortement la voix sur la deuxième syllabe.

 

   Le 11, les tentes furent démontées et nous transportâmes tout à bord ; mais, lorsque nous examinâmes les jas d'ancres, nous les trouvâmes très rongés par des vers et fûmes obligés d'attendre que le charpentier en eût fabriqué de nouveaux, ce qui nous retint deux jours de plus. Aucun Indien ne s'approcha de nous avant le lendemain, à part Toobaiah, qui est un genre de grand-prêtre d'Otaheite; et il décida de partir avec nous. Cependant, plusieurs des principaux naturels envoyèrent leurs serviteurs à bord avec des présents ; nous leur en envoyâmes d'autres en échange et les laissâmes passablement réconciliés avec nous.

 

   Le 13, plusieurs des naturels montèrent à bord pour prendre congé de nous et nous leur fîmes quelques présents ; au moment de nous quitter, ils parurent très tristes. L'après-midi, nous levâmes l'ancre et fîmes route sous une bonne brise d'ouest, cap à l'ouest-quart-nord-ouest, avec à bord Toobaiah et son petit garçon Taiyota.  Lorsque nous quittâmes le rivage, les gens dans les pirogues se mirent à pousser leur triste cri, awai, awai ; les jeunes femmes pleurèrent beaucoup. Certaines des pirogues accostèrent au navire pendant que nous faisions route et nous apportèrent beaucoup de noix de coco.

 

  Vers la tombée de la nuit, nous aperçûmes une île que Toobaiah appelait Tetiroah et nous changeâmes un peu de cap pour gouverner plus à l'ouest sur l'île de Yoolee-Etea, le pays natal de Toobaiah.

   Le 14, nous découvrîmes l'île de Huaheine, qui est une terre haute, mais comme les vents étaient contraires, nous ne pûmes l'atteindre ; nous virâmes donc de bord et  mîmes le cap sur une île que nous apercevions au loin et que Toobiah nous disait être Yoolee-Etea.

 

   Ce jour-là, le temps était presque calme l'après-midi et nous n'eûmes que peu de vent jusqu'au lendemain, le 15. A midi, nous eûmes une bonne brise et à cinq heures de l'après-midi nous étions à moins de six lieues de l'île de Huaheine. Elle se composait de plusieurs pics montagneux et était divisée, comme Otaheite, par des terres intermédiaires plus basses. L'île paraissait presque deux fois plus grande que Eimayo et, du haut du mât, nous découvrîmes les sommets des montagnes de Yoolee-Etea, au-dessus de ceux de Huaheine

 

   Toobaiah, alors qu'il priait l'après-midi aux fenêtres de poupe, s'écria avec beaucoup de ferveur, O Tane, ara mai, matai, ora mai matai; ce qui veut dire, Tane (le dieu de son morai) envoie-moi, ou viens à moi avec, un bon vent. Mais comme sa prière restait sans effet, il dit Woreede waow, je suis en colère.  Cependant, il nous dit que nous aurions du vent quand le soleil arriverait au méridien, et il fut ainsi, bien que nous ne lui attribuassions ni le don de la prophétie ni celui de la divination.

 

   Toobaiah nous apprit qu'ils faisaient souvent la guerre contre les habitants de Atiarobo, une île voisine, et que, lorsqu'ils prennent des prisonniers parmi eux, ils leur coupent les mâchoires et les accrochent. Mr Banks vit plusieurs de ces trophées de victoire suspendus dans la maison d'un homme à Atiarabo, lors d'une de ses excursions chez les gens d'Oboreano à une époque où ils avaient fait prisonniers les quatre frères d'Oroamo et deux d'Oboreah et avaient pris toutes ses pirogues.

 

  Le 16, de bonne heure, nous étions très proches de la côte de l'île de Huaheine; mais, n'y trouvant aucun endroit sûr pour jeter l'ancre, nous doublâmes la pointe et gagnâmes le côté nord-ouest de l'île où nous mouillâmes dans une jolie petite baie, près du rivage par onze brasses d'eau. La mer était très calme et le fond descendait si rapidement que nous aurions pu rester à l'ancre en toute sécurité à moins de quarante verges du rivage. Plusieurs pirogues prirent la mer à notre rencontre pendant que nous voguions le long de la côte et quelques naturels montèrent à bord, dont un roi qui fut le premier à oser escalader le flanc du navire et qui s'en approcha en tremblant.  Toobaiah conversa très librement avec eux.

 

   Ce pays offre une perspective plus agréable que Otaheite, étant plus pittoresque.  Certaines montagnes sont très hautes ; de cette baie, nous apercevons les îles de Yoolee-Etea, Otahau et Bolabola; cette dernière ressemble à une montagne de forme conique, fourchue au sommet. Devant la baie, et bien plus loin, court un récif qui s'ouvre aux deux extrémités, mais n'a pas d'ouverture devant. Le capitaine, Toobaiah et d'autres allèrent à terre avec l'aree, ou roi; en débarquant, il se rendit immédiatement sur un morai voisin et remercia Tane pour son passage sans incident en lui offrant deux mouchoirs et d'autres bagatelles ; au chirurgien qui l'aida, il fit présent d'un cochon. 

 

   Le 17, plusieurs habitants montèrent à bord et apportèrent avec eux des noix de coco. L'un d'eux, un de mes amis d'Otaheite, apporta un panier de pâte ou pudding, cuite dans des feuilles d'arbre à pain, faite de racines de taro et de noix de coco : ils l'appellent etaoo et son goût ressemble beaucoup à celui du poe d'Otaheite; c'est un très bon mets. La coutume d'échange de noms est très courante dans cette île et considérée une marque de grande amitié.

   Pendant le peu de temps que nous passâmes aux abords de cette île, nous achetâmes vingt-quatre petits et gros cochons, en plus de volailles, fruits et racines à des taux raisonables mais ils augmentèrent le prix de leur marchandise avant notre départ.

 

   Cette île, dont nous n'eûmes pas le temps de découvrir l'étendue, est considérablement plus longue que large et, apparemment, abonde en noix de coco, fruits à pain, plantains et racines comestibles telles le taro, le eape et la patate douce. Ces racines, avec différentes sortes de pâtes, constituent leur principale nourriture lorsqu'il n'y a pas de fruits à pain. Ils ne manquent pas de seiches, mais les autres espèces sont moins nombreuses qu'à Otaheite. Leur arbre à étoffe est soigneusement planté et cultivé, avec des rigoles traversant les planches de terre pour drainer l'eau et des bordures proprement construites en pierres ; dans les rigoles, ils plantent l'arum qui donne l'igname appelée taro.

 

   Nous trouvâmes de grosses quantités d'une sorte de galuchat bâtard sur l'île et beaucoup de perles d'un genre médiocre.

 

   Les naturels de cette île n'ont pas le teint aussi foncé que ceux d'Otaheite et des autres îles avoisinantes ; les femmes sont, en général, aussi belles et presque de la même couleur que les Européennes. Ceci est peut-être la raison du nom de cette jolie île que j'ai quittée avec le regret de ne pas en avoir vu davantage.

 

   Dans l'après-midi du 19, nous appareillâmes pour Yoolee-Etea et le lendemain matin, le 20, nous jetâmes l'ancre dans une baie, formée par un récif, du côté septentrional de l'île. Quelques personnes vinrent à nous du rivage à bord de deux pirogues et apportèrent avec elles deux petits cochons ; elles ne nous prêtèrent pas grande attention et parurent tout aussi peu surprises de tout ce qu'elles voyaient. Le capitaine descendit à terre et prit possession de l'île au nom du roi ; il ne vit que peu d'habitants et presque pas de gens de haut rang parmi eux. Ils se comportèrent si calmement que le capitaine ne sut que penser d'eux. Toobaiah, qui l'accompagnait, semblait fort mécontent.  Nous ne connaissions pas la raison de leur réserve mais supposions que les gens de Bolobola leur avaient rendu visite.

 

   Le 21, nous fûmes quelques-uns à aller à terre et à acheter beaucoup de plantains et de noix de coco. Les plantains étaient verts pour la plupart et, bouillis ou rôtis, étaient aussi bons à manger qu'une pomme de terre.

   L'après-midi, nous retournâmes à terre et ne vîmes que peu de naturels dans l'intérieur du pays qui, bien que très agréable, semble être un endroit inhabité ou déserté. Nous vîmes quelques morais, ou lieux de sépulture, qui se ressemblent dans toutes ces îles ; nous entrâmes dans l'un d'eux où il y avait un whatee, ou autel, sur lequel étaient posés un cochon rôti et des poissons, en tant qu'offrande à l'ethooa, ou dieu. Près du whatee, ou autel, s'élevait une grande maison renfermant les tambours à fente utilisés lors de leurs solennités. Contiguës à cette maison, se trouvaient plusieurs cages en bois, abritées sous un toit de feuilles de palmier. Ces cages s'appellent oro et reposaient sur des planches posées sur d'autres dressées à la verticale ; elles semblaient destinées à recevoir les oiseaux dédiés à l'Ethooa, dont il y a deux espèces qui volent autour de leurs morais, le héron gris et un martin-pêcheur bleu et brun. Ces morais sont pavés, ou plutôt recouverts d'un genre de corail, et plantés de différentes sortes d'arbustes à fleurs, tels le noanoah, le etoa et l'hibiscus. Devant le morai, qui fait face à la mer, ils ont construit un genre d'amphithéâtre en grosses pierres brutes ; parmi ces pierres, se trouvent un grand nombre de longues planches dressées, sculptées dans des formes diverses, selon leur fantaisie. Chaque famille de marque possède un de ces morais décoré selon ses moyens . On m'a raconté que les habitants de ces trois îles vénèrent l'arc-en-ciel qu'ils appellent toomeitee no Tane.     

   L'après-midi du 24, nous sortîmes par l'extrémité ouest de la baie, que les naturels appellent Opou, mais nous trouvâmes le passage très difficile en raison des hauts-fonds dont un que nous faillîmes toucher : l'homme qui sondait annonçant deux brasses, nous virâmes de bord immédiatement sinon nous nous serions trouvé sur un banc. Cependant, nous réussîmes finalement à passer les hauts-fonds ; mais ne pouvant sortir à temps, nous mouillâmes vis-à-vis d'une baie profonde. Certains de nos gens descendirent à terre à la recherche de cochons. 

 

   Cette île ressemble, à bien des égards, à Huaheine et le paysage est tout aussi varié; mais ce côté de l'île semble avoir subi quelque révolution ; les habitants sont peu nombreux et pauvres, et il n'y  aucune distinction politique de rang chez eux. Le galuchat est plus abondant ici, et à Huaheine, qu'à Otaheite, où c'était une denrée rare. Ils ont aussi du taro et du eape en grande abondance.  Quant au fruit à pain, il était encore jeune et je ne vis point de pommes.

 

   Le 25, nous appareillâmes de la baie d'Owhare et fîmes route vers l'ouest, avec l'intention d'aller à Bolobola, ou de faire le tour d'Otahau, pour gagner la côte sud de Yoolee-Etea ; mais, comme le vent soufflait de l'ouest, nous ne pûmes doubler la pointe d'Otahau ; de sorte que nous ne fîmes que longer la côte de Bolobola ce jour-là.

   L'île de Bolobola se compose d'un très haut pic de terre fourchu, entouré de sept  montagnes basses.

   Le soir, au coucher du soleil, nous découvrîmes l'île de Toopbai, une terre basse.

   Le 28, comme le vent soufflait plein ouest et que nous étions souvent encalminés, nous ne pûmes doubler la pointe car le vent tournait autour de l'île et nous le rencontrions à chaque bordée.

 

    Le soir, M. Banks, le docteur Solander et le capitaine descendirent à terre, dans le canot, à Otahau et comme ils ne rentrèrent pas à l'heure prévue, nous tirâmes un coup de canon à neuf heures ; comme nous ne les voyions toujours pas ni les entendions, nous en tirâmes un autre et accrochâmes un fanal dans les haubans. Ils ne tardèrent pas à nous répondre par un coup de feu, qui nous fit comprendre qu'ils avaient repris la mer. Sur les dix heures, ils arrivèrent et rapportèrent avec eux trois cochons, quinze poulets, et une grosse quantité de plantains, de noix de coco et de taro.

 

   Cette île n'est que peu habitée et certaines parties sont très arides. Nous eûmes une grosse houle dans ces îles.

 

   Le 30, nous contournâmes la pointe pour Bolabola et tirâmes des bords pour atteindre l'autre côté de Yoolee-Etea; nous eûmes une forte brise du sud-est toute la nuit. Ce jour-là, nous aperçûmes l'île de Maowrooah, composée d'une grande montagne ronde, avec une autre plus petite à côté d'elle.

   Le 1er août, après avoir si longtemps tiré des bords, nous abordâmes finalement Yoolee-Etea; mais nous ne pûmes toujours pas entrer dans la baie où nous avions l'intention d'aller; comme le vent était contraire, nous fûmes obligés de jeter l'ancre à l'entrée, entre deux récifs. L'après-midi, nous fîmes une tentative pour touer le navire dans la baie, mais lorsque nous essayâmes de lever l'ancre nous découvrîmes qu'elle était prise dans des roches où nous la laissâmes jusqu'au lendemain matin. Les naturels quittèrent le rivage en grand nombre pour venir à nous et nous leur achetâmes dix cochons pour dix clous à large tête chacun, avec une abondance de noix de coco et de plantains ; ils parurent très joyeux de notre arrivée.

 

   Le 2, de bonne heure, nous fîmes une autre tentative pour lever l'ancre ; heureusement, nous y parvînmes, avec quelque difficulté ; ensuite, nous touâmes le vaisseau à l'intérieur de la baie, qui s'appelle Amameenee, et mouillâmes dans un endroit convenable, à environ un mille du rivage. Les naturels arrivèrent de nouveau en masse, parurent ravis et apprécièrent tellement notre marchandise que, pour quelques petits clous, ils nous donnèrent des choses d'une grande valeur chez eux ; tout ce que nous leur donnâmes, que ce fût des clous, de la vaisselle d'étain, des montres ou d'autres bagatelles, fut immédiatement suspendu à leurs oreilles.

 

   Le 4, nous descendîmes à terre et fîmes une excursion dans l'intérieur du pays, qui est très agréable, et nous vîmes une grande quantité de cultures de taro et de eape.  Nous vîmes également beaucoup de vraies ignames, qui sont si communes dans les Indes occidentales ; des arbres à pain aussi, qui approchaient de la perfection bien que la récolte de fruits qu'ils portaient ne semblât pas aussi importante que ce que j'avais déjà vu.

 

   Il y a plusieurs morais dans cette partie de l'île; dans l'un d'eux nous vîmes un chapelet de mâchoires suspendu à l'afale, ou maison, de l'ethooa, avec plusieurs crânes déposés en rangées: nous rencontrâmes un homme au teint pâle, dont les cheveux étaient blancs comme du lait ; aussi leur aree dehei ou roi, qui s'appelle Oorea, et son fils ; le premier semblait être un homme très modeste et le dernier, un des plus beaux jeunes hommes que j'aie jamais vus. Opoone, qui est roi de Bolobola, habite dans la baie suivante ; on le dit très âgé et nous supposons que la population de cette île lui est soumise .

 

   La bande de terres basses qui entoure les montagnes est très étroite ici et peu peuplée mais plusieurs habitants sont avenants et bien plus prospères que ceux de l'autre côté de l'île, qui sont des hommes de Yoolee-etea, ou de Bolobola, nous ne pûmes savoir lequel des deux.

 

   Il y a un grand nombre d'abris à bateaux tout autour des baies, construits selon une courbe Catane et entièrement recouverts de feuilles tressées ; les bateaux qu'ils abritent sont très longs, aux bords saillants et à la poupe très haute et pointue, et ne servent qu'à des saisons précises.

 

   Ce jour-là, dans l'après-midi, nous fîmes apporter à bord une grosse quantité de poisson et trois livres et demie furent servies à chaque homme de l'équipage.

 

   L'après-midi du 7, M. Banks et moi-même, nous allâmes voir un divertissement appelé un heivo. Nous traversâmes quatre baies à l'est et fûmes portés par les naturels jusqu'au fond d'une baie appelée Tapeeoee où de nombreuses personnes s'étaient rassemblées. Une grande natte fut étendue sur le sol et ils se mirent à danser dessus, faisant des drôles de mouvements avec leurs corps, grimaçant et secouant leurs postérieurs, ce qui faisait frétiller les nombreuses tresses qui leur tombaient autour comme la queue d'un paon. Parfois ils se tinrent en ligne, l'un derrière l'autre, puis tombèrent par terre face contre sol, s'appuyant sur les bras et secouant seulement le postérieur, pendant que les tambours continuaient à battre une mesure qu'ils suivirent avec exactitude. Un vieillard se  tint sur le côté en tant que souffleur et cria de toutes ses forces à chaque changement. Ils poursuivirent ces mouvements jusqu'à ce qu'ils fussent tous en nage ; ils les répétèrent trois fois tour à tour et lorsqu'ils eurent fini, les filles commencèrent. Dans l'intervalle entre les différentes parties du spectacle, des hommes qui semblaient tenir le rôle d'amuseurs s'avancèrent ; à ce que je pus comprendre, ils essayaient de représenter la conquête de Yoolee-etea par les hommes de Bolobola. Pendant ceci, ils montrèrent les différents stratagèmes employés lors de la conquête et donnèrent de la voix, jouant tout au rythme du tambour.  Dans la dernière scène, les actions des hommes furent très lascives.

   Les gens, dans le lieu où cette farce fut donnée, sont principalement des hommes de Bolobola ; ils semblent s'être établis dans la meilleure partie de l'île, les terres basses étant plus larges ici que dans toute autre partie près du port. Sur cette côte, il y a beaucoup de pointes et de bancs composés de roches coralliennes et, sur le récif, le ressac est violent et fait autant de bruit que le tonnerre.  Il existe quelques plantations de poivriers dans cette partie de l'île.


Huaheine, le nom de cette île, signifie aussi une épouse.

 

Un genre de prêtre appelé heiva, officie sur ces morais, habillé d'un vêtement de  plumes, orné de disques de nacre et, sur la tête, d'une très haute coiffe faite de cannes, ou de bambous, dont le devant est en plumes et les bords décorés d'arêtes de celles-ci.  Il a aussi un genre de pectoral, de forme semi-circulaire, fait dans une sorte de vannerie sur laquelle ils tissent différents motifs avec de la ficelle tressée ; par-dessus ceci, ils mettent des rangées de plumes d'un pigeon vert ; entre ces rangées, se trouve une rangée semi-circulaire de dents de requin. Le bord du pectoral est garni d'une frange de fins poils blancs de chien.

 

   Ce prêtre est généralement accompagné de deux garçons peints en noir, qui l'aident à placer le cochon et le poisson pour l'ethooa ; également à répandre des fleurs et des feuilles de bambou sur le corps du défunt ;  pendant les deux ou trois jours qui suivent, il est constamment occupé à arpenter les champs et les bois avoisinants d'où tout le monde se retire à son approche. Entre-temps, les parents construisent une maison temporaire près du morai, où ils se réunissent et les femmes pleurent le défunt en chantant des chansons de deuil, en hurlant et en s'entaillant le corps en différents endroits à l'aide d'une dent de requin ; ensuite elles lavent leurs blessures dans la mer ou la rivière et reviennent hurler et se couper de nouveau ; elles continuent ainsi pendant trois jours.  Quand le corps est corrompu et les os sont à nu, le squelette est déposé dans une sorte de pyramide en pierre elévée à cet usage.

 

Il est remarquable que, malgré le fait que les gens de ces îles ne sachent prononcer la lettre K, j'ai cependant rencontré un grand nombre de personnes à Yoolee-etea qui, ayant un hec dans leur langage, le mettent toujours à la place du T, leur lettre favorie.

 

   Le 9 août, nous levâmes l'ancre et sortîmes de cette baie en direction du sud pour voir quelle découvertes nous pourrions y faire, conformément aux instructions du ministère de la Marine, en emportant avec nous autant de cochons de cette île que nous pouvions loger avec une grande quantité de plantains, de taro, de eape et d'ignames pour remplacer le pain.

 

   Le 13, à midi, après trois jours de vent frais, nous découvrîmes la terre et, vers la tombée de la nuit, nous en étions très proches. Toobiah nous apprit que c'était une île appelée Oheiteroah qui faisait partie d'un groupe de neuf portant toutes le préfix de Oheite.

 

   Nous serrâmes le vent et, le matin du 14, nous courûmes sur l'île et mîmes le canot à la mer, dans lequel M. Banks et le docteur Solander descendirent à terre afin de chercher un mouillage dans une grande baie formée par deux pointes de terre.  Ils revinrent en disant qu'ils n'en avaient pas trouvé, tout comme ils n'avaient pas trouvé un bon endroit pour l'abordage du bateau ; et que, lorsqu'ils s'étaient approchés du rivage, plusieurs naturels avaient sauté dans le canot et tenté de s'emparer de M. Banks, ce qui avait obligé nos gens à faire feu et quelques naturels avaient été blessés.  Ils étaient armés de longues massues et de lances, faites du bois d'un arbre qu'ils appellent etoa ; leurs vêtements étaient rouges et jaunes, faits d'écorce, avec des rayures et des dessins très réguliers, et recouverts de gomme. Ils portaient aussi de curieux chapeaux sur la tête et avaient l'air très guerrier. M. Banks rapporta à bord quelques objets en bois, très ingénieusement fabriqués, et nous appris qu'ils avaient vu des pirogues sculptées avec beaucoup d'ingéniosité et fort bien peintes.

 

Ces gens sont très grands, bien proportionnés et ont des cheveux longs qu'ils attachent; ils sont tatoués, ou marqués, sur différentes parties du corps, mais pas sur le postérieur comme les gens des autres îles.  Lorsqu'un de nos bateaux s'approcha d'eux, ils se mirent à parler avec Toobaiah mais ils semblèrent très intimidés et prièrent nos gens de ne pas les tuer ; ils dirent qu'ils nous approvisionneraient pas en victuailles si nous ne descendions pas à terre, ce qu'ils nous invitèrent avec insistance à faire. Ils ne virent aucune femme parmi eux.  Du navire, nous aperçûmes quelques maisons.

 

   Cette île ne s'élève pas en hauts pics comme les autres, mais elle est plus régulière et uniforme, divisée, comme l'Angleterre, en petites collines parsemées de touffes d'arbres.  Au bord de l'eau, il y a beaucoup de falaises presque perpendiculaires. Nous ne vîmes pas d'arbres à pain, et très peu de noix de cocos ; mais tout le long de la plage étaient plantés des etoa qui servaient à abriter leurs maisons et leurs plantations de meiya du vent. 

 

   Cette île gît par 22°23' de latitude sud et 150°5' de longitude ouest ; elle n'est pas entourée d'un récif comme les autres îles.   

 

Toobaiah nous apprit que, il y a des années, les chefs de Otaheite et des îles voisines bannissaient leurs criminels coupables de vols et d'autres crimes qu'ils estimaient ne pas mériter la mort, sur une île avoisinante appelée Bolobola qui, avant le début de cette loi, était presque aride et inhabitée.  Cette pratique dura plusieurs années.  Au fil du temps, le nombre de condamnés augmenta tant que l'île devint insuffisante pour assurer leurs moyens de subsistance.  Désespérant de leur sort, ils se fabriquèrent des pirogues, se transformèrent en pirates et firent prisonniers ceux des îles proches qui eurent le malheur de croiser leur chemin, en se saisissant de leurs pirogues et de leurs biens. Opoone, qui étaient un des pires de ces criminels, s'insinua si adroitement auprès des autres qu'il fut reconnu chef, ou roi ; devenant de plus en plus puissant par l'acquisition fréquente de prisonniers, il s'aventura jusqu'à faire la guerre aux gens d'Otahaw, une île voisine, qui, ne s'attendant pas à une invasion si soudaine, n'étaient pas préparés à se défendre et furent obligés de se résoudre à être ses tributaires.  Par la suite, il conquit Yoolee-etea et d'autres îles qu'il annexa à son dominion de Bolobola.

 

 


   
Télécharger Back | Top

   
Télécharger Retour | Top
Sciences sociale Pacifique
Sciences sociale Pacifique Sciences sociale Pacifique Sciences sociale Pacifique
Cartographie ancienne et moderne
  Cartographie ancienne et moderne

Cartographie ancienne et moderne
  Centres et chercheurs participants,
autres programmes sur ce thème
   
Top Top
PACIFIC ENCOUNTERS
Ce site présente les sources historiques recueillies avec l'aide de : Pacific Dialogues | EHESS | ANU | Ambassade de France | Secrétariat Permanent pour le Pacifique |
University of Auckland | CREDO | CNRS | Université de Provence | CNEP | University of Canterbury | Vanuatu Cultural Centre | USP | CIRAP
Pacific dialogues en Français English Pacific Dialogues  Copyright Pacific Encounters - Site web Globedesign © 2011